Le Centre ILS Galileo s’implante à Galaxia à Transinne

Le Centre ILS Galileo s’implante à Galaxia à Transinne ! 

Le Centre ILS Galileo s’implante à Galaxia.
La Commission européenne vient d’annoncer une excellente nouvelle pour la Belgique. En effet, c’est en Wallonie, plus précisément en province de Luxembourg, sur le parc d’activités Galaxia créé et géré par IDELUX, que l’Europe a décidé d’installer le nouveau centre de soutien logistique dédié au programme européen de navigation par satellite Galileo, en d’autres termes, le GPS européen. Un tout nouveau bâtiment abritera ainsi le « Galileo Integrated Logistics Support (ILS) Centre » à Transinne.

CP Galileo ILS Centre - Galaxia Transinne2
Elie DEBLIRE, Président d’IDELUX, se réjouit du choix de Galaxia pour accueillir ce centre unique au monde dédié à Galileo, dont les activités sont prévues pendant minimum 20 ans et qui généreront une trentaine d’emplois directs et autant d’indirects. Le pôle spatial Redu-Transinne dont la réputation n’est plus à faire dans le monde spatial, se voit renforcé par cette implantation. « Je tiens à souligner l’excellente collaboration entre tous les acteurs impliqués qui ont porté à bout de bras ce projet, et je remercie le Gouvernement fédéral, en particulier la Ministre Jacqueline GALANT et la Secrétaire d’Etat Elke SLEURS, ainsi que la Wallonie, plus précisément le Ministre Jean-Claude MARCOURT pour son implication et son soutien financier. »
LE PROJET « CENTRE ILS GALILEO » À TRANSINNE

  

  


Le projet de Centre ILS Galileo conçu par IDELUX prévoit la construction d'un nouveau bâtiment de 2 300 m² sur le parc d'activités économiques Galaxia, spécialisé dans le spatial, à Transinne. C’est un investissement de l’ordre de 7 millions € financés par la Région wallonne.
Ce centre permettra d'assurer la pleine opérationnalité de toutes les stations au sol du système Galileo. La vocation de ce centre est de garantir que celles-ci disposeront en permanence du matériel fonctionnel pour communiquer avec les satellites. Son but précis est donc d’empêcher et de corriger les éventuelles défaillances du système au travers de moyens de maintenance/réparation efficaces et de processus d’approvisionnement rapides des pièces de rechange vers l’ensemble des sites clés du programme.


LES RAISONS DU SUCCÈS


Comme l’a souligné le Ministre MARCOURT dans son communiqué de presse en décembre 2015, « la Wallonie a été sélectionnée sur base de son expertise incontestable mais également sur la qualité du projet porté par l’ensemble des acteurs régionaux et fédéraux dont IDELUX ». L’Intercommunale dont l’accompagnement d’entreprises est la mission première, accompagnera le futur opérateur Galileo dans toutes ses démarches.



La Commission européenne a été séduite par les atouts qu’offrait le parc d’activités Galaxia : son accessibilité au coeur de l’Europe, sur l’axe Bruxelles-Luxembourg et donc proche de la Commission européenne, les synergies déjà présentes entre le site de Galaxia et le centre de l’Agence spatiale européenne (ESA) à Redu ; un environnement de qualité, sécurisé et propice aux activités logistiques du programme Galileo, …
L’atout de taille qui a aussi joué en faveur de la candidature de Transinne est la proposition de mise à disposition par la Wallonie d’une infrastructure entièrement dédiée au projet : un bâtiment neuf conçu sur mesure pour répondre au mieux aux besoins, notamment en matière de sécurité, de l’opérateur Galileo. Ce bâtiment a été conçu d’une telle manière qu’il pourra évoluer en fonction des besoins et être agrandi le cas échéant. En outre, sa consommation énergétique est extrêmement faible.

CP Galileo ILS Centre - Galaxia Transinne3


LA PLACE DE LA BELGIQUE RENFORCEE


L’implantation du centre ILS Galileo confirme la place de la Belgique, pays co-fondateur de la politique spatiale européenne (1962). L’effort public qu’elle consacre à ce secteur la place au 8e rang mondial quand on rapporte cet effort au PIB et au 3e rang européen quand on le rapporte au nombre d'habitants. Actuellement, la Belgique est le 5e pays contributeur absolu au budget de l’ESA. Cette politique volontariste a permis de créer quelque septante équipes de recherche dans les universités, les établissements scientifiques fédéraux, régionaux ou les centres spécialisés du pays. En outre, la Belgique accueille une soixantaine d'entreprises de différentes tailles et aux compétences diverses dont le chiffre d'affaires annuel lié aux activités spatiales est estimé à 350 millions €. Le secteur spatial belge représente plus de 2000 emplois directs hautement qualifiés.
Cette sélection vient conforter l’ambitieuse politique spatiale menée depuis de nombreuses années par la Belgique qui, en particulier, soutient activement le programme Galileo depuis ses débuts. Cette implication forte qui remonte aux phases initiales du programme Galileo constitue un aspect fondamental de la stratégie de développement du parc Galaxia.


Si l’implication de la Belgique dans la politique spatiale européenne est évidente, l’implantation de ce centre va lui procurer de nombreux bénéfices :
 la présence sur son territoire d'un centre unique au monde dédié à Galileo (fonctions ILS) ;
 des activités prévues pendant minimum 20 ans ;
 environ 30 emplois directs et autant d’indirects ;
 un pôle d'attractivité pour les entreprises et les chercheurs.
PROCÉDURE DE SÉLECTION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE
La sélection de la Belgique est l’aboutissement d’un long processus qui s’est fait en deux étapes.
Premièrement, un appel à manifestation d’intérêt lancé par la Commission européenne en décembre 2014, invitait tous les Etats membres, sur base d’un cahier de charges succinct, à remettre une proposition d’intérêt pour mars 2015.


La proposition déposée par la Belgique est le fruit d’une collaboration étroite entre les acteurs suivants :

 IDELUX est l'Intercommunale de développement économique de la province de Luxembourg

qui a géré la conception du projet d’infrastructure prévu sur le site de Galaxia à Transinne ;

 L’Etat belge, au travers du Gouvernement fédéral représenté par Madame la Ministre des

Transports Jacqueline GALANT et Madame la Secrétaire d’Etat à la Politique scientifique Elke SLEURS,

a soutenu ce dossier de manière unanime et l’a officiellement déposé en son nom

à la Commission européenne via sa Représentation permanente ;
 La Région wallonne, au travers de son propre Gouvernement, est également un acteur

majeur de ce dossier. En effet, Monsieur le Vice-Président et Ministre de

l’Economie Jean-Claude MARCOURT a décidé d’assurer le financement de ce projet.
La seconde étape initiée en juin 2015 invitait les deux Etats présélectionnés

(la Tchéquie et la Belgique) à remettre, sur base d’un cahier des charges plus précis, une proposition détaillée pour le 30 août 2015.

CP Galileo ILS Centre - Galaxia Transinne

Galileo, le « GPS » européen


Le programme Galileo est l'initiative de l'Europe pour développer un système mondial de navigation par satellites destiné à fournir un service de localisation garanti et extrêmement précis sous contrôle civil. Galileo compte tout simplement parmi les programmes spatiaux les plus ambitieux jamais mis en place par l’Europe.
Une fois entièrement déployé, le système sera composé de 30 satellites et de l'infrastructure au sol associée, à savoir 12 sites principaux localisés en Europe assurant des tâches spécifiques (contrôle, sécurité…) et 16 sites, dits « éloignés », répartis autour du globe pour le contrôle et la communication avec les satellites qu’ils sont en mesure d’atteindre selon leur position.
Il est à noter que le système Galileo sera interopérable avec les deux autres systèmes de navigation par satellites existants : GPS (Etats-Unis) et GLONASS (Russie). Cette fonctionnalité permettra à l’Europe d’obtenir une meilleure précision et également de mettre en route le service avant même que l’ensemble des 30 satellites ne soit mis en orbite. La mise en service de Galileo est actuellement fixée au 1er janvier 2017

 infolux