Bernard Caprasse se libère de son premier mandat mi-décembre !

Bernard Caprasse se libère de son premier mandat de président de l’A.S.B.L. Juillet Musical de Saint-Hubert. Isabelle Poncelet prend le relais!

Le 1er février 2016, l’avocat Olivier Schmitz prendra ses fonctions de Gouverneur, laissant Bernard Caprasse à une retraite bien méritée mais pas pour autant inactive... Portrait d’un homme comblé se préparant à sa nouvelle vie après 19 ans et 245 jours au poste de Gouverneur de la province de Luxembourg (soit 236 mois, 1.026 semaines, 7.180 jours, plus de 10 millions de minutes et plus de 620 millions de secondes au service des Luxembourgeois) !

image12

Cet homme originaire du nord de la province (Vielsalm) retient notamment de son mandat que l’atout majeur des Luxembourgeois est leur capacité à se rassembler autour des enjeux importants. « Unis, les Luxembourgeois savent se faire entendre. Divisés, ils ne comptent pas». Une citation très proche de la devise de la Belgique !

L’arrivée massive de réfugiés en 1997 en est un exemple significatif. Cet événement avait donné lieu à des heurts très violents. Appelé en catastrophe par la Croix-Rouge, le Gouverneur arrive sur place et est briefé dans une salle où un caillou passe juste à côté de sa tête... Il le sait, il doit prendre les choses en mains et rassembler toutes les parties pour dégager un consensus. Pari gagné, il réussit à mettre tout le monde d’accord et calme la situation. C’était une sacrée entrée en matière !

Autre fierté pour Bernard Caprasse : le projet collectif Luxembourg 2010 devenu Réseaulux depuis et qui a pour but de repenser le Luxembourg de A à Z en s’appuyant sur un réseau fort de 500 personnes actives en permanence et bénévolement. Parmi les nombreux objectifs de la démarche : contribuer au développement socio-économique du territoire, améliorer la mobilité et la sécurité routière (au travers de la Locomobile et de l’asbl Partageons nos routes par exemple), promouvoir le foisonnement culturel (par le biais de la manifestation Mai-li Mai-lo), sensibiliser à l’importance des langues étrangères (avec Excel’Langues), encourager les jeunes à trouver le job de leur rêve ou leur vocation (avec le Salon Les Jeunes ont du Talent), développer la culture du chanvre, etc. Après dix années de travail en réseau, les résultats ont été à la hauteur des moyens investis et des espérances !

Autre cheval de bataille du Gouverneur : l’enseignement supérieur. En 2003, en étroite concertation avec les forces vives de la Province, il négocie l’intégration de la Fondation universitaire luxembourgeoise (F.U.L) au sein de l’ULg en prévoyant une spécialisation dans les matières environnementales. La seule manière de maintenir un enseignement supérieur de qualité en province de Luxembourg consiste, telle est sa conviction, à renforcer également les synergies et liens entre les deux Hautes écoles (Henallux et Robert Schuman) avec l’appui des Universités.

S’agissant de l’image du territoire, Bernard Caprasse regrette que le Luxembourgeois soit parfois trop modeste, alors qu’il jouit d’une bonne réputation à l’extérieur et notamment au Nord du Pays… Bien que l’image démodée et dénigrante qui avait tendance à le suivre appartienne au passé, il reste encore un effort à faire pour véhiculer une image moderne et convaincante.

Il déplore le sentiment d’insécurité croissant qui sévit actuellement. En province de Luxembourg, les disciplines concernées (services de police, services incendie, santé publique, armée) sont en contact régulier pour pouvoir anticiper les risques et protéger les intérêts de la population.

S’agissant des misions économiques, la province s’est investie en Chine et au Bénin. Les collaborations avec les Chinois sont d’ordres économique et commercial. Nos breuvages locaux, tels que le maitrank et le lait, sont importés (pas moyen de savoir si la Chine pourrait nous produire de l’aspérule odorante en hiver.... Une étude à faire qui soulagerait les personnes en manque du breuvage aphrodisiaque durant l’hiver !). Plus sérieusement, un système informatique capable de détecter des maladies propres à la culture de la pomme de terre a été transposé chez eux.

Concernant le Bénin, pays en voie de développement, la coopération se veut de proximité, de communes à communes. Une première borne fontaine a été inaugurée (sur 13 au total) et agrémentée par un rituel vaudou. Les Béninois ont d’ailleurs essayé de dupliquer l’action luxembourgeoise pour eux-mêmes. Le Gouverneur a reçu la distinction honorifique de l’Officier de l’Ordre du Mérite de la République publique du Bénin. Pour l’anecdote, 2 ans après un précédent voyage où il avait été fiévreux et avait dû rester alité, un ami local lui apprendra que s’il avait été malade de la sorte, c’est parce qu’un sort lui avait été jeté !

Au début de son entrée en fonction, Bernard Caprasse a réalisé le tour des communes. Il a enchaîné par un tour des 44 CPAS pour se rendre compte que le Luxembourg n’est pas épargné par la paupérisation. Une pauvreté qui peut être encore plus lourde à porter en zone rurale. En 2014 et 2015, il visite tour à tour les quartiers militaires, les services incendie et les zones de police locale et les services de police fédérale. Il a ainsi appréhendé, secteur par secteur, la réalité et le travail remarquable fourni par les hommes et femmes de terrain. Il lui semblait essentiel de pouvoir leur exprimer sa gratitude et son admiration pour leur engagement.

Les figures emblématiques qui l’ont marqué et influencé sont Churchill pour son humour et ses compétences. John Kennedy pour son charisme, sa force de conviction et sa résistance face aux Russes dans le dossier Cuba. Mandela pour sa résilience. A un niveau plus régional, il retient de Charles-Ferdinand Nothomb un conseil bien avisé « Va aux U.S.A. plutôt qu’aux repas choucroutes ! »

Parmi ses passions, l’écriture y tient une place prépondérante. Il est l’auteur d’une pièce de théâtre en 3 actes « Le Gouverneur oublié » qui a été jouée en lecture-spectacle en novembre 2015 devant près de 300 personnes. A cet égard, il s’attache à faire sortir de l’ombre tous les écrivains qui se cachent dans notre province.

A la mi-décembre, il quittera son mandat de président de l’A.S.B.L. Juillet Musical de Saint-Hubert. Suite à la démission du Gouverneur et de Philippe Greisch, la nouvelle présidente sera Isabelle Poncelet et l'Administratrice déléguée sera Martine Nottet. La démission de ses autres mandats se fera au 31 janvier 2016. Il deviendra Gouverneur honoraire et se préparera à de nouvelles activités dans le secteur privé (comme consultant) et dans le secteur culturel. Il prévoit même d’ouvrir un centre d’expression orale (son dada) pour apprendre aux adolescents à prendre la parole en public...

Monsieur Caprasse ne sera pas, contrairement au titre de sa pièce, un gouverneur oublié par les Luxembourgeois. Il y aura bien une marque « Caprasse » gravée dans l’histoire du Luxembourg !

Noemie Gaspard

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

infolux