Logo info Brabant Wallon
Info>>lux >> Pays >> Belgique >> Wallonie >> Province de Luxembourg >> Foret d'Anlier >> Arlon >> Entrepôt Arlon >> Arlon > Entrepôt > Frédéric Lamand

Rencontre avec Frédéric Lamand, gestionnaire de l’entrepôt à Arlon

Rencontre avec Frédéric Lamand, gestionnaire de l'entrepôt à Arlon

Arlon > Entrepôt > Frédéric Lamand

Frédéric Lamand de l’Entrepôt à Arlon : « Notre petite salle est équipée comme une grande ! »

La rentrée n’est pas réservée qu’aux écoliers. Les salles de concerts offrent également une programmation relevée pour ce mois de septembre.

C’est aussi le cas de l’Entrepôt à Arlon qui propose plus de 80 concerts par an. Rencontre avec son gestionnaire, Frédéric Lamand.

On sent un fameux regain d’activité culturelle depuis la phase covid qui a tout mis à l’arrêt. Comment ça s’est passé pour l’Entrepôt ?

Il y a les deux aspects. Ce qui se passe, c’est que la sortie du covid a provoqué, mais on s’y attendait, un embouteillage d’offre culturelle. Tout a été reporté pendant de nombreux mois et tout est arrivé en même temps à la sortie du covid. Donc il y a une offre actuelle dans la Grande Région qui est vraiment énorme et beaucoup plus importante qu’avant. Ca va mettre quelques mois pour se niveler et pour que cela revienne comme avant la crise. Mais il y a un peu une saturation de l’offre culturelle. Des concerts, il y en a tous les jours dans la grande Région.

La deuxième chose, c’est que les gens sont poussés à acheter en dernière minute sans savoir si ca va vraiment avoir lieu. Les salles mettent du temps à se remplir, et c’est partout pareil. On ne réserve plus trop à l’avance. Cela rend la gestion un peu plus compliquée pour nous.

Troisième effet, c’est la crise énergétique et le pouvoir d’achat avec le stress de savoir payer ses factures donc le public est un peu frileux à prendre des places.

Le public est revenu directement ou cela prend du temps de retrouver les salles remplies d’avant ?

Ils réservent en dernière minute. Mais certains concerts marchent mieux car ils tombent au bon moment. C’est un peu chaotique pour le moment mais ça va mettre quelques mois. D’ici 2023 si ça reste stable on devrait retrouver quelque chose d’un peu plus normal.

Arlon > Entrepôt > Frédéric Lamand

Vous restez sur une programmation un peu underground qui plait toujours au public local. Mais j’ai l’impression que la salle qui fait toujours la part belle au rock, laisse aujourd’hui beaucoup de place au rap. Est-ce la réalité ?

On a toujours fait du hip hop, on a fait James Dino, Starflam… Ce qui fort changé c’est qu’avant, l’Entrepôt était une friche industrielle, mais depuis 2010, la ville a fait de gros travaux. Depuis, le lieu est plus adapté à la musique actuelle donc on a pu aller beaucoup plus loin. Avec une friche industrielle, on a fait bcp de rock dur mais depuis la réouverture, on a étoffé beaucoup plus. On fait du rock indé, de la pop, du hip hop, d blues… Il y a plus d’esthétique musicale qu’avant.

On le voit d’ailleurs dans la programmation qui est très éclectique. Même d’un soir à l’autre ! On peut peut-être évoquer quelques concerts à venir ?

Vendredi, on a de la pop assez douce, et le surlendemain un groupe expérimental avec du rock plus dur puis du rock indé et ensuite un festival de black métal extrême. On a toujours été assez pointu dans ce qu’on propose et on essaye de travailler un maximum d’esthétiques musicales différentes dont la musique urbaine.

Qu’est-ce qui fait qu’une salle comme l’Entrepôt résiste malgré l’offre attrayante en culture et concerts de l’autre côté de la frontière ?

On est la seule salle musicale permanente dans la province, dédiée uniquement aux concerts. On a une programmation 80 soirs par an et 200 groupes. Dans la Grande Région (80km autour d’Arlon), on doit être entre 16 et 20 salles qui font de la musique actuelle. La chance qu’on a c’est qu’on est la seule salle avec une jauge de 250-300 places. Après les Rotondes au Luxembourg, tout le reste est beaucoup plus grand. Notre petite salle est équipée comme une grande et donc dans le paysage de la Grande Région, on est les seuls à avoir cette capacité-là.

On termine sur une petite fierté. Avez-vous un groupe dont vous êtes particulièrement fier d’avoir réussi à le faire venir à Arlon ?

On fête les 40 ans de Front242 qui est déjà venu à Arlon plusieurs fois, au hall polyvalent, dans un hangar industriel aussi mais c’est la première fois dans la salle de l’Entrepôt. Ils font partie de l’histoire de la musique belge. Ils ont fait 2 jours à l’AB en début d’année. Le fait qu’ils viennent chez nous, c’est vraiment cool. Mais il y a plein de projets très intéressants dans tous les styles de musique.

A découvrir dans l’agenda de l’Entrepôt sur notre site internet

Arlon > Entrepôt > Frédéric Lamand

D’autres infos de la région

  • Guy Hansez, Le Bastognard d’Arlon et ses motos de Liège
    Guy Hansez était un Bastognard, né à Arlon, qui adorait les motos fabriquées à Liège. En efffet, il était né à Arlon le 9 avril 1905, dans une famille de Bastognards, mais il a vécu à Anvers et il est décédé à Bruxelles le 28 septembre 1978. De 1925 à 1930, sous le pseudonyme de «Bentley», drôle d’idée de choisir un nom de voiture pour un motard, il enchaîne les podiums sur les motos liégeoises Saroléa et Gillet en seniors 500 cc, deux marques belges qui étaient célèbres à l’époque.
  • Arlon > Marché de Noël solidaire
    Venez découvrir le Marché de noël solidaire de Arlon Le marché de noël solidaire de Arlon sera […]
  • Arlon > Conférence
    « DERNIERS DOMICILES CONNUS » conférence à Arlon Thierry Luthers vous raconte sa passion pour les tombes […]
  • Arlon > Exposition variation céramique
    Selon une scénographie personnalisée, Marie Chantelot, Sylvie Hoffman, Sonja Scheitler et Catherine Vermeiren témoignent de l’éclectisme de […]
  • Le Corps des Auto Canons Mitrailleuses belges
    Le « Corps des Autos-canons belges »a fait le tour du monde entre 1914 et 1918, même si il est principalement célèbre pour avoir combatttu en Ukraine et en Russie, visité la Chine et les USA, puis être rentré chez nous pendant la Première Guerre Mondiale. La Belgique fut la première nation à développer et à utiliser des automitrailleuses pendant Première Guerre mondiale, au début du mois d’août 1914. Le Sous - Lieutenant Charles Henkard, réserviste du Régiment des Grenadiers du Royaume de Belgique, s’ennuyait dans son château, donc il fit équiper ses deux voitures personnelles de mitrailleuses et de plaques de blindage.
  • EXPO >> ARLON >> GRAND SUCCES
    SUCCES POUR L’EXPO METANOÏA A ARLON Hier soir, au Palais d’Arlon, avait lieu le vernissage de l’exposition […]

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les infos de votre Région Gratuite Souhaitez-vous recevoir des notifications sur les dernières mises à jour ? Non oui

Pin It on Pinterest

Share This