Logo info Brabant Wallon

Cannes 2023> BLACK FLIES

Mai 20, 2023 | ACTUALITES, chroniqueur, Cinema, Cinémas, Festival de cannes, infos, Mai, Mois, News, Thibaut Demeyer

Info>>lux >> ACTUALITES >> Rubriques >> Cinémas >> Festival de cannes >> Cannes 2023> BLACK FLIES

SEAN PENN ET TYE SHERIDAN ENTRE FICTION ET RÉALITÉ

Avec « Black Flies », le réalisateur français Jean-Stéphane Sauvaire nous plonge dans l’univers affolant des ambulanciers de New York. Au générique, on retrouve Sean Penn, Tye Sheridan et Michael Pitt. Thibaut Demeyer. Vidéo : Brigitte Lepage.

Autant vous prévenir tout de suite, « Black Flies » est une œuvre forte qui vous poursuivra longtemps après la vision car à aucun moment on a l’impression d’être au cinéma mais plutôt dans un documentaire « si j’ai choisi de parler des urgentistes plutôt que de la police new yorkaise ou des drogués, c’est pour mieux comprendre la ville et ses habitants. C’est aussi pour cela que j’ai décidé de mélanger la fiction à la réalité » nous a confié le réalisateur.

Si Tye Sheridan et Sean Penn sont de véritables acteurs (faut-il d’ailleurs le préciser ?), la plupart des victimes qui sont secourues par ce duo sont des acteurs non-professionnels pour rendre encore plus crédible cette histoire. Crédibilité, il fallait aussi en avoir de la part de nos deux protagonistes, ce à quoi Sean Penn répond « la crédibilité est une ruse d’acteur ! » et d’ajouter « nous avons eu des consultants, nous avons essayé de refaire les chorégraphies que les urgentistes nous ont montrées et que Jean-Stéphane voulait que l’on fasse. Nous avons fait de notre mieux. »

« Black Flies » nous explique à quel point le métier d’urgentiste est difficile tant la pression psychologique pèse sur les épaules de ces personnes qui travaillent 36 heures de suite et qui ne sont pas payées à la hauteur de leur travail. « Il s’agit d’anges gardiens de la société qui nous protège » constate Tye Sheridan alors que Sean Penn précise « il y a beaucoup de suicides au sein des urgentistes car il est difficile de continuer à travailler face à cette violence quotidienne et de constater des décès dans l’ambulance. »

Alors que Sean Penn et Tye Sheridan se préparaient à leur rôle, chacun à leur manière, Michael Pitt se souvient d’une expérience assez douloureuse « On m’avait dit qu’il y aurait quelques répétitions. Puis, un jour, on m’a demandé vers 19 heures de me préparer et de mettre une blouse pour me rendre à l’hôpital. Arrivé sur place, il y avait un patient par terre qui avait fait un arrêt cardiaque. Le premier constat avec les urgentistes disait que l’homme était décédé. Mais par leur geste, les urgentistes ont réussi à le ramener à la vie. Ils ont alors expliqué au monsieur qu’il était revenu à la vie. La réaction du monsieur ne s’est pas faite attendre et leur a dit « sortez immédiatement de ma maison ! » Ces scènes, il y en a tous les jours. Je crois que ce n’est pas possible de faire ce travail tous les jours avec tout ce stress. Quand j’étais avec eux, je constatais qu’ils regardaient des vidéos horribles de personnes blessées pour ne pas s’effondrer eux-mêmes lors de catastrophes. Apprendre à se déstresser pour faire face à de gros problèmes. » Ce film a été tourné en 23 jours. Les acteurs savaient que cela allait être une course contre la montre, qu’il serait intense et surtout que tout allait être précis pour montrer ce qu’est la vie des urgentistes. Ce pari est réussi que ce soit au niveau de la mise en scène, la direction d’acteurs et surtout crédible lors des interventions des urgentistes. Jean-Stéphane Sauvaire a voulu faire un film mi-documentaire/mi-fiction ce qu’il a parfaitement réussi.

(c) Photos galerie : Thibaut Demeyer

0 commentaires

Infos >> Partenaires

[forminator_form id="1418107"]