Logo info Brabant Wallon
Info>>lux >> ACTUALITES >> « Guy Hansez : un pilote de course automobile belge luxembourgeois »

Guy Hansez, un pilote de course automobile belge luxembourgeois, est né à Arlon, le 9 avril 1905, et il est décédé à Bruxelles, le 28 septembre 1978.

Il était Arlonais de naissance, Bastognard de famille, et Antwerpenaar de résidence puisqu’il vivait à Anvers avec sa femme, l’Anversoise Marie-Louise Fester. Bref, c’était un pur Belge, puisque né dans le Sud, il avait épousé dans le Nord, et qu’il était mort à Bruxelles.

Guy Hansez brilla tout autant, dans chacune de ses trois vies sportives successives, pendant 40 ans !

Il ne brillait pas seulement parce qu’il portait toujours un élégant costume – cravate quand il conduisait, à une époque où les ceintures de sécurité et autres airbags n’étaient pas encore à la mode.

Guy Hansez : la classe au volant (Copyright https://www.hangarflying.eu/erfgoedsites/tombe-de-graf-van-guy-hansez/).

C’était un sportif accompli et distingué en sports automobile, motocycliste et aérien, bref un véritable Ardennais, puisqu’il n’avait pas une, mais trois ardeurs d’avance !

Pour rester anonyme, Guy Hansez avait choisi le pseudonyme de « Remordu » ou « ancez », et il entama sa carrière dans la course automobile de vitesse sur circuit à Zandvoort, Zolder, Montlhéry, ou en course de côte, juste après la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

Comme son nom l’indique, une course de côte se déroule habituellement dans une région montagneuse, ou vallonnée, à défaut. Ceci implique un parcours sinueux enchaînant lacets, accélérations rapides, et virages serrés.

La toute première course de côte au monde, départ arrêté, a eu lieu à la Turbie le 31 janvier 1871, et elle vit la victoire d’un homme dont le nom sera vite connu, puisque  André Michelin en fut le lauréat sur son Break-Vapeur De Dion de 15hp monté sur pneumatiques.

André Michelin, un monsieur gonflé à bloc (Copyright Wikipedia).

L’un des premiers circuits où Guy Hansez commença les courses de vitesse se trouvait à Zandvoort.

Le circuit de Zandvoort se trouve en Hollande, dans les dunes de la commune du même nom et à vingt kilomètres à l’ouest d’Amsterdam, sur des voies de communication construites par les Allemands pendant l’occupation de la Seconde Guerre Mondiale.

Le circuit de Zandvoort (Copyright Wikipedia).

Le circuit de Zolder, aussi appelé Terlaemen, est un circuit automobile belge situé en Flandre, à Heusden-Zolder, et il accueilla le Grand Prix de Belgique dix fois entre 1963 et 1982.

C’est un accident mortel, survenu pendant les qualifications de 1982, qui décida les organisateurs à déplacer celui-ci vers un lien encore méconnu : le circuit de Spa-Francorchamps.

Le circuit de Zolder (Copyright Wikipedia).
Le circuit de Spa - Francorchamps (Copyright Wikipedia).

Le circuit de Montlhéry fut construit en 1924 en France, dans l’Essonne, sous l’impulsion d’Alexandre Lamblin, l’inventeur du développement des plaques photographiques en plein jour, devenu riche en construisant des radiateurs pour les avions, puis pour les automobiles. On savait s’y amuser à cette époque, toujours à la recherche de nouveaux records, puisqu’on y avait fait concourir une voiture contre un avion.

Le circuit de Montlhéry (Copyright Wikipedia).

Guy Hansez côtoiera et roulera avec les meilleurs, au sein de l’Ecurie de la Toison d’Or, de celle de Francorchamps ou dans l’Equipe Nationale Belge.

L’Écurie Francorchamps était une écurie belge de sport automobile qui appartenait à Jacques Swaters, coureur en Formule 1 de 1952 à 1954, et qui a participé aux championnats de voitures de sport jusqu’en 1982.

L’Écurie Francorchamps fut vainqueur ou classée trois fois lors des 24heures du Mans, entre 1955 et 1965. Elle fut aussi trois fois vainqueur du Tour de France automobile, entre 1960 et 1964, et gagna les 1000 Kilomètres de Spa en 1965.

Le logo de l’Ecurie Francorchamps (Copyright Wikipedia).
Jacques Swaters et Enzo Ferrari (Copyright Wikipedia).

L’Équipe Nationale Belge était une écurie belge de Formule 1 et de voitures de sport qui courut entre 1955 et 1962. Cette équipe, fondée par Jacques Swaters et Johnny Claes, mais dirigée par Pierre Stasse, naquit quand l’Écurie Francorchamps et l’Écurie Belge fusionnèrent, mais elle ne parvint jamais à dépasser la deuxième place en Endurance, entre 1957 et 1969.

Le logo de l’Equipe Nationale Belge (Copyright Wikipedia).

Trop grand pour entrer dans la plupart de ses véhicules, Guy Hansez dépensera des fortunes pour les faire modifier, et remporter quelques courses au volant de véhicules divers, comme ses Ferrari 250 GT et GTO, ou sa Porsche 904 Carrera.

Les Ferrari 250 GT sont une série de voitures de course automobile, alliant confort et vitesse, deux critères nécessaires pour l’appellation « Grand Tourisme », entre le début des années 1950 et le milieu des années 1960.

La marque de fabrique du concepteur donnera son nom au modèle de la voiture, puisqu’il est très rare, à cette époque, de voir un moteur V12 Colombo, du nom de son inventeur, de 250 cm3.

Seuls 36 exemplaires de cette voiture seront produits : 33 en 1962 et 1963, plus 3 autres en 1964.

Dans l’intervalle, le modèle devient triple champion du monde en GT consécutivement de 1962 à 1964.

Une Ferrari 250 GTO (Copyright Wikipedia).
Gioachino Colombo, l’inventeur du moteur de la Ferrari 250 (Copyright https://www.hobbydb.com/marketplaces/hobbydb/subjects/gioacchino-colombo-designer)

En 1963, le petit – fils de l’ingénieur Ferdinand Porsche rompera avec le passé en lançant sa 904 Carrera GTS, la première voiture construite en matière pastique sur un châssis en tôle d’acier. L’homme partira peu de temps après fonder une petite affaire appelée Porsche Design, en Autriche.

Monsieur Ferdinand Porsche aime quand ça roule (Copyright Wikipedia).
Une petite Porsche 904 (Copyright Wikipedia).

Le surnom Carrera, qui signifie à la fois „course“ et „carrière“ en Espagnol, commémore le succès du constructeur dans la Course Carrera Panamericana, la fameuse „Pan-Am“ qui se tint au Mexique, entre 1950 jusque 1955.

De nos jours, c’est plutôt sur la E411 ou sur la Nationale 4 que les Porsches Carrera font la course, mais là n’est pas la question.

Guy Hansez, qui fatiguait un peu après trente ans de courses automobiles, et le plus vieux de la carrière d’alors, déposera son casque à l’âge de 65 ans, en 1970.

Ce n’est pas l’âge, c’est le kilométrage qui fatiguera Guy Hansez (Copyright https://www.hangarflying.eu/erfgoedsites/tombe-de-graf-van-guy-hansez/).

Guy Hansez se repose au cimetière de Bastogne, dans le caveau familial, auprès de ses aïeux et d’un de ses fils, Didier, né de son second mariage avec la française Rosine de Vivar.

Néanmoins, la fascination des habitants de la Province du Luxembourg pour les belles mécaniques perdure, notamment avec le Porsche Club Lorraine Ardenne, qui réunit de nombreux collectionneurs et enthousiastes, dont mes voisins, Madame et Monsieur Colette - Lambert, que je salue au passage 🙂 .

Si le coeur vous en dit, vous pouvez les contacter par téléphone (+32 498 50 49 58), par email (porscheclub.lorraineardenne@gmail.com), ou voir leur site web ( https://porsche-club-lorraine-ardenne.be/).

Le logo du Porsche Club Lorraine Ardenne (Copyright Porsche Club Lorraine Ardenne).

Retrouvez cette chronique, et les autres, sur la page de Vivacité Luxembourg, sur la page d’Info-Lux, ou sur ma page facebook, Fabrice D-E B-A-C-K- E-R , pour plus d‘informations.

Je vous dis „à bientôt !“

Facebook de Fabrice

https://www.facebook.com/profile.php?id=100017807142373

Fabrice De Backer

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mots clés :

Nos sponsors

Les infos de votre Région Gratuite Souhaitez-vous recevoir des notifications sur les dernières mises à jour ? Non oui

Pin It on Pinterest

Share This