Logo info Brabant Wallon
Info>>lux >> Thémes >> Le passeport en province de Luxembourg

Le passeport en province de Luxembourg est un élément qui existe depuis la Préhistoire.

C’est un objet ou un document qui vous permettait d’évoluer librement sur un territoire sans être (trop) inquiété par les représentants des autorités locales.

On en trouvait sans doute déjà sous forme de bâton taillé, comme en Nouvelle-Zélande, de lance dotée de plumes spécifiques, comme chez les Indiens des Plaines aux États-Unis, voire d’une pièce ou d’un morceau de bois sculpté comportant l’emblème du Seigneur comme chez les Mongols, dans la Haute Antiquité.

Les plumes et leurs couleurs signifiait la position et l’intention du guerrier indien qui les portait (Copyright L’ANSPESSADE: Image (wordpress.com)).

On pourrait aussi parler du sceau, qui est devenu notre tampon actuel, et que l’on trouve encore dans les administrations de multiples communes ou d’autres organismes en province de Luxembourg.

Les tampons actuels sont plus rapides mais ont moins de charme que les anciens (Copyright tampon-dateur-pro-mairie-certifie-conforme-a-loriginal.jpg (250×250) (chanzy-tampons.com)).

Dès l’époque romaine, c’était une impression sur cire chaude faite au moyen d’un cachet que certaines personnes portaient parfois aux doigts et qui représentait leurs symboles.

Un sceau et de la cire, c’est joli pour les messages personnels romantiques (Copyright sceau-mairie-cachet-officiel-marianne-en-cire.jpg (250×250) (chanzy-tampons.com)).
Grand sceau de Henri V le Blondel, Comte de Luxembourg, marquis d’Arlon et de La Roche, en 1282 (Copyright Henri V de Luxembourg - grand sceau - 1249/1288 | SIGILLA).

Cette empreinte de sceau montrait qu’on avait approché les représentants de l’autorité en bons termes, et suffisamment près, pour avoir leur autorisation de passer sur leur territoire, sans se faire arrêter autant par leurs représentants.

Le nom « passeport » vient en fait du XVIIIème siècle : c’est un document qui est surtout destiné à éviter le vagabondage, parce qu’on vous le demandait à l’entrée des portes des remparts des villes.

Le Leatherman, le plus célèbre des vagabonds américains (Copyright leatherman-WHS-wide.jpg (1200×800) (westchestermagazine.com)).

En effet, jusque le début du XXème siècle, de nombreuse villes avaient encore leurs murailles médiévales, renaissantes ou modernes, car les villes étaient fermées la nuit pour éviter les attaques surprises…un peu comme Bruxelles quand l’Europe se réunit et que le gouvernement craint une manifestation des agriculteurs.

Certaines villes ont conservé leurs murailles, comme Badajoz, en Espagne (Copyright 1-badajoz-1.jpg (4000×3000) (wordpress.com)).

Pour éviter que n’importe qui puisse entrer dans les villes pour y faire n’importe quoi, il fallait avoir un document qui attestait de la bonne citoyenneté des gens.

Le passeport de Mr Rose, en 1863 (Copyright Passeport. Ancien passeport datant de 1863 de Mr. Charle… | Drouot.com).

Si vous vouliez vous y réfugier à la fin du jour, afin de ne pas dormir dehors et risquer d’y être la cible de brigands qui vous auraient détroussés, ou pire, il fallait montrer patte blanche : pour passer la porte, il il fallait montrer le passe-port(e).

Actuellement, les brigands qui nous détroussent la nuit ont plus vite tendance à errer en ville autour des gares et dans certaines rues des grandes villes.

Heureusement qu’en Belgique, les juges mettent les criminels en prison même si eux, ils sont dehors (Copyright Les Humeurs d\’Oli).

Les brigands qui nous détroussent la journée, eux, fréquentent la galaxie du Nord et la rue de l’autorité, mais cela est un autre débat.

Une fiscalité à deux vitesses, ça n’existe pas en Belgique, on le sait (Copyright Van Peteghem, ministre de la Dette publique! - Pan.be).

C’est sans doute à cause de la destruction des anciens remparts qui sont devenus des périphériques, des promenades et des rings, comme à Paris ou à Bruxelles;

Le passeport, ça servait aussi à déclarer la bonne foi et la qualité du service du personnel de maison, la qualité technologique du personnel du bâtiment et la force de travail des journaliers.

En province de Luxembourg, ce document était essentiel pour traverser les terres de l’empire autrichien ou français sous Napoléon, et il l’était encore pour les frontaliers jusqu’au Traité de Maestricht, qui établissait la libre - circulation des personnes dans l’espace Shengen,en 1992.

Le Traité de Maestricht annule le besoin de passeport grâce à des sceaux (Copyright GER_—_BY_—_Regensburg_-_Donaumarkt_1_(Museum_der_Bayerischen_Geschichte;_Vertrag_von_Maastricht)_(cropped).JPG (3621×1817) (wikimedia.org)).

Ce traité fut une véritable révolution pour notre province de Luxembourg car elle facilitait les transits de biens et de personnes chaque jours, ce qui fit exploser l’économie locale de notre belle région.

Le passeport existait essentiellement pour trois personnes : le journalier qui travaillait dans les champs, où on retrouvait essentiellement son signalement et des remarques utiles comme « il est fort comme un boeuf », « il a des grands yeux, il a un petit nez… » et c…

À cela s’ajoutait un certificat des personnes chez qui il avait travaillé, avec des remarques comme « il travaille bien, il est doué pour ceci, il n’a pas volé d’outil, il n’est pas parti avec ma fille… » et c…

Un passeport, aussi appelé « livret d’ouvrier » en France (Copyright Le livret ouvrier 1803-1890 > document commenté - napoleon.org).

Il y en avait un autre qui était réservé au personnel de maison, c’était ce qu’on appelait la lettre de recommandation.

Ce document indiquait si le porteur ou la porteuse avait des compétences spéciales, comme « c’est un c’est un bon valet de pied, c’est une bonne femme d’ouvrage, c’est une bonne gouvernante, elle est gentille avec les enfants, elle fait bien la soupe, elle parle quatre langues », et c…

Les recommandations des employeurs précédents étaient souvent visés par la police quand elle cherchait des vagabonds ou des criminels (Copyright Le livret ouvrier 1803-1890 > document commenté - napoleon.org).

On comprend aisément que la province actuelle de Luxembourg, située en plein milieu des grandes nations continentales, eut besoin de surveiller les voyageurs jusque la chute de Napoléon Ier.

Néanmoins, si on vous demande encore parfois des lettres de recommandation, ou vos références, ou votre CV quand vous cherchez un emploi : ça vient de là.

Au Moyen-Âge, enfin, il y en avait pour les ouvriers car les villes voulaient faire appel aux meilleurs artisans et il fallait pouvoir prouver et qu’on était celui qu’on prétendait être, car il n’y avait pas encore de carte d’identité.

La carte d’identité moderne n’est plus vraiment au top non plus (Copyright Olivero, dessin de presse: Image (wordpress.com)).

Les villes voulaient construire de beaux bâtiments avec des grands décors d’architecture, tout le contraire de maintenant où l’argent part dans du béton bétonné à la sauce béton afin de faire pousser des parcmètres et d’agrandir les maisons des élus.

Le passeport stipulait la qualité technologique du porteur, un peu comme le book pour un photographe, un mannequin, un webdesigner ou un graphiste.

La franc-maçonnerie trouve d’ailleurs son origine dans la recherche de cet idéal de perfectionnement humain et technique, car les maçons devaient pouvoir montrer leurs compétences quand ils avaient fini leurs cursus. Cela leur permettait de devenir indépendants.

Si vous aviez été correctement formé, on vous avait donné des signes référents pour vous faire reconnaître par les gens compétents sur les chantiers.

Cela permettait aux travailleurs consciencieux et talentueux d’avoir du travail, à manger, un toit et de perpétuer la réputation d’excellence de leurs maîtres de formation.

Les maçons qui sculptèrent le portique de la cathédrale de Strasbourg avaient sans doute un excellent passeport (Copyright La cathédrale Notre-Dame de Strasbourg (mysweetescape.fr)).

Cela me fait toujours bien rire quand je lis ces histoire de conspiration franc-maçonnique, alors qu’il suffit d’être le fils ou la fille de, le de coucher avec, d’avoir la carte du parti de ou d’être le frère de, pour obtenir de bons postes, comme ministre, stagiaires chez un avocat ou employé à la ville.

Retrouvez cette chronique, et les autres, sur la page de Vivacité Luxembourg, sur Infolux, sur ma chaîne Youtube, sur ma page Facebook, Fabrice D-E B-A-C-K- E-R , ou sur les autres médias sociaux pour plus d‘informations.

Page Facebook de Fabrice : https://www.facebook.com/profile.php?id=100017807142373

Twitter de Fabrice : @Fab_De_Backer

Instagram de Fabrice : fabrice.de_backer

Tik Tok de Fabrice : https://www.tiktok.com/@fabrice_de_backer

Youtube de Fabrice : Luxembourg de Belgique

Fabrice De Backer

0 commentaires

Nos sponsors