Logo info Brabant Wallon
Info>>lux >> ACTUALITES >> Mosimann au Baudet’stival : « Je suis Franco-Suisse au cœur belge »

A quelques minutes de son entrée sur la mainstage du Baudet’stival ce vendredi soir, Mosimann nous a accordé un peu de temps pour évoquer ces souvenirs belges et dévoiler quelques secret de fabrication. Une rencontre très sympathique avec un artiste au grand cœur !

Ce n’est pas la première fois que les Bertrigeois viennent t’applaudir au Baudet’stival, tu deviens incontournable ici !

Je pense même que c’est la troisième fois ! En tout cas je me souviens bien de la dernière fois avec Kenji Girac, on avait bien rigolé. Super public de toute façon !

Tu gardes un souvenir particulier de ce festival ?

Absolument ! Pendant les changements de plateau, le public va boire des coups et donc il disparait de la foule devant la scène. J’avais très peur ! J’ai demandé aux équipes : « Qu’est-ce qu’on va faire ? Les gens sont partis, on ne peut pas jouer comme ça… » Et en fait, ils ont l’habitude. Ils reviennent dès que l’intro de l’artiste commence. Mais je me suis fait un peu peur.

Les festivaliers de Bertrix vont avoir droit à un show unique ?

Ce que j’aime vraiment faire, c’est changer à chaque fois. La musique dans laquelle j’évolue, la musique électro, elle change tout le temps. Je n’ai pas joué depuis qu’on a sorti le track avec Mc Fly et Carlito donc je vais le jouer pour la première fois ce soir. Et puis je sais que j’ai acheté de nouveaux titres aujourd’hui et j’ai hâte de les essayer. Ca change tout le temps ! Je n’ai pas du tout de playlist en fait.

C’est vraiment à l’instinct que tu montes sur scène ?

Je vais te confier un secret…

Je mets mon intro et pendant ce temps je regarde un peu l’ambiance dans la foule et je regarde ce que je vais jouer à ce moment-là.

Ici c’est un public un peu plus familial. Je vais faire un truc un peu moins épais que d’habitude. Le set up est super différent ce soir.

On a un clavier déjà que je n’avais pas la dernière fois. Et j’ai une machine un peu différente qui s’appelle un looper et qui permet de looper (faire des boucles sonores) tout ce qui se passe en direct.

Donc je peux jouer ma voix tout en restant en impro. Chaque spectacle est différent !

Après le Baudest’stival, tu continues la tournée d’été pour ton spectacle mais aussi pour celui de Grand Corps Malade que tu accompagnes sur toutes ses dates également. Les vacances ce ne sera pas pour tout de suite ?

Je ne suis pas très vacances de toute façon. Je fais toutes les dates de Fabien jusqu’à décembre. Tout en continuant à faire mes spectacles en même temps. Je ne m’ennuie pas !

Tu prépares également un Olympia ?

Le 5 novembre, j’ouvre l’Olympia. Ca va être la première fois qu’on joue le show 2023. Ce sera unique. Déjà pour moi mais ce sera aussi unique techniquement dans le milieu des DJs. C’est quelque chose qui n’a jamais été fait. On repousse un peu les limites de la technique et on essaye de faire quelque chose qui va être immersif, participatif et unique.

Credit PA Mulier @ahtlaqdmm

On te retrouve aussi sur quelques dates en Belgique cet été ?

Je vais clôturer les Franco de Spa et je fais aussi le Feelgood Festival. Les Franco, j’ai vraiment hâte. Déjà parce que j’accompagne Fabien (Grand Corps Malade) sur scène et puis aussi parce que ça va être la première fois où toute l’équipe de Grand Corps Malade va me voir sur scène puisqu’ils m’attendent avec le Tourbus à Paris pour pouvoir repartir sur les routes. J’ai une émotion particulière parce qu’une de mes premières vraies dates belges, c’était les Franco. Dans les jardins et je me souviens qu’il y avait eu trop de monde pour l’endroit. C’était incroyable. Qu’est-ce que c’était cool !

On a l’impression qu’il y a quand même une histoire d’amour entre toi et la Belgique. Tu as bossé sur The Voice, Décibels on stage, tu passes toujours par ici lors des festivals…

Je dis toujours que je suis Franco-Suisse au cœur belge. Parce que c’est vrai quoi ! Je vous aime ! L’accueil est toujours super, le public est fidèle depuis toujours, il est là.

Avant de se quitter, tu nous dévoiles quelques-unes de tes futures collaborations ?

Dans celles que j’ai le droit d’annoncer, il y a un album entre Grand Corps Malade, Gaël Faye et Ben Mazué qui sort en septembre.

On vient de le terminer et de l’annoncer. Je suis très fier de ce qu’on a fait aux côtés de Guillaume Poncelet en composition. J’ai hâte que ça sorte !

Et sinon, il y a des chansons avec Patrick Bruel, pour Claudio Capeo… Je vais un peu partout, là où le vent me mène en tant que compositeur.

J’aime la variété française et j’aime les textes ! J’ai besoin de vivre des émotions à travers les artistes, je prends un plaisir fou à faire ça.

Et de mon côté, je bosse à fond sur mon futur Olympia.

Texte de Fanny Jacques (Photos Bannière Frédéric Moïs )

Photos de Mosimann au Baudet’stival

Photos de Gallez Laurent

Infos Festival

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos sponsors

Les infos de votre Région Gratuite Souhaitez-vous recevoir des notifications sur les dernières mises à jour ? Non oui

Pin It on Pinterest

Share This