Logo info Brabant Wallon

Gael Faure : La mémoire de l’eau

Jan 16, 2022 | Artistes, Bruxelles, COM AS YOU ARE, Cultures, Musicien, Musique, PORTRAITS | 0 commentaires

Info>>lux >> PORTRAITS >> Gael Faure : La mémoire de l’eau

 » La mémoire de l’eau « , le nouveau single & clip de Gael Faure réalisé par Patrick Watson

Réalisé par Patrick Watson, composé par Gael Faure et écrit par Barbara Carlotti,  » La mémoire de l’eau  » boucle, toujours en douceur, l’EP de Gael.


Armé de percussions, synthés obscures et d’un texte tout en allitération, le morceau s’ancre en nous et nous transporte, durant quelques minutes, dans un univers à peine palpable, au fil des eaux, d’une eau que l’on sentirait presque couler sur notre peau.

Auteur compositeur interprète depuis quelques belles années… Après 3 albums et un spectacle  » Le bruit du blé « , Gael Faure sort dernièrement un EP  » L’eau et la peau  » qu’il a co-produit avec le label Zamora productions. Artiste à la plume poétique et libre… A l’écoute de ces 5 nouveaux titres, on se sent bien, on se sent mieux, comme bercé par des vagues revigorantes recouvrant doucement notre peau après les tempêtes de la vie. 

GAEL FAURE : LA MÉMOIRE DE L'EAU


Aujourd’hui, Gael ne veut plus cacher ses mots derrière d’autres, et libère sa voix comme il ne l’avait pas fait jusqu’ici. Dans cet EP, la trame est pop, le propos existentialiste. Les deux questionnent notre pouvoir de  » changer notre relation à soi, aux autres et au monde. En se reconnectant à la nature et surtout à sa propre nature « , confie le musicien. Qu’est-ce que l’essentiel ? Vaste question à laquelle il tente de répondre depuis des années, constatant que la position sociale de chacun peut brouiller le message quant à ses devoirs envers la planète… et envers nous autres, humains. 

GAEL FAURE : LA MÉMOIRE DE L'EAU


  Près de quinze ans après ses débuts s’est imposé le désir de s’affranchir des règles et des rouages de l’industrie musicale. Revenir à la simplicité. Crise sanitaire oblige, il n’a pas pu être autant joué que prévu mais Gael s’exporte dans la Drôme, avec l’idée de ramener l’art à la campagne, et participer, à son humble mesure, à une décentralisation nécessaire. Conférences, performances, fêtes : l’artiste retrouve son ancrage sans oublier son amour pour l’extensibilité infinie du ciel et de la mer. L’eau et la peau…

Avec ce projet, oracle qu’on pourrait croire niché dans les terres de Lourdes, Gael Faure accepte son propre désordre et nous permet, à nous aussi, de lâcher prise. Et n’est-ce pas ce qu’on attend là de la musique ?

Gaël Faure

L’Eau et la peau

Une basse affirmée, des beats lancinants, une mélodie entêtante. Un ensemble convoquant nos cœurs et nos corps. C’est « L’Oeuvre de nos vies », prodigieuse ouverture du nouvel EP de Gaël Faure. EP ou mini album ? Le corpus de L’Eau et la peau est si riche qu’on peut se questionner sur les appellations que l’on donne aux propositions musicales d’artistes de cette trempe, exigeants sans être snobs, inventifs en restant accessibles. Aujourd’hui, Gaël ne veut plus cacher ses mots derrière d’autres, et libère sa voix comme il ne l’avait pas fait jusqu’ici.

Dans L’Eau et la peau, la trame est pop, le propos existentialiste. Les deux questionnent notre pouvoir de « changer notre relation à soi, aux autres et au monde. En se reconnectant à la nature et surtout à sa propre nature », confie le musicien. Qu’est-ce que l’essentiel ? Vaste question à laquelle Gaël tente de répondre depuis des années, constatant que la position sociale de chacun peut brouiller le message quant à ses devoirs envers la planète… et envers nous autres, humains. 

Près de quinze ans après ses débuts s’est imposé le désir de s’affranchir des règles et des rouages de l’industrie musicale. Revenir à la simplicité. D’abord avec le salvateur Regain, son dernier album paru en 2018, puis son puissant spectacle autour de Jean Giono, Le Bruit du Blé.

Crise sanitaire oblige, il n’a pas pu être autant joué que prévu mais Gaël s’exporte dans la Drôme, avec l’idée de ramener l’art à la campagne, et participer, à son humble mesure, à une décentralisation nécessaire.

Conférences, performances, fêtes : l’artiste retrouve son ancrage sans oublier son amour pour l’extensibilité infinie du ciel et de la mer. L’eau et la peau…

Gaël a donc écrit et composé seul ces nouvelles chansons, qu’il a choisi de co-réaliser avec son batteur, Emiliano Turi. Avec le label Zamora, il se charge également de la production, afin d’être complètement autonome.

Dans le viseur de L’eau et la peau, une alliance du synthétique et de l’organique, des ritournelles chamaniques façon Junip, en témoigne le bien-nommé « The Healer ».

L’objectif est collectif : « Se laver de ces emprises du passé, des fantômes de famille, des blessures enfouies et des traumatismes transgénérationnels non résolus, des douleurs cachées, des hontes et des peurs, commente Gaël.

Gaël a donc écrit et composé seul ces nouvelles chansons, qu’il a choisi de co-réaliser avec son batteur, Emiliano Turi. Avec le label Zamora, il se charge également de la production, afin d’être complètement autonome. Dans le viseur de L’eau et la peau, une alliance du synthétique et de l’organique, des ritournelles chamaniques façon Junip, en témoigne le bien-nommé « The Healer ». L’objectif est collectif : « Se laver de ces emprises du passé, des fantômes de famille, des blessures enfouies et des traumatismes transgénérationnels non résolus, des douleurs cachées, des hontes et des peurs, commente Gaël.

Et les faire disparaître autour d’une grande, belle et puissante cérémonie autour du feu. » Parmi les influences de Gaël, on entend Karen Dalton, Andy Shauf, Rodrigo Amarante, Barbara, Balthazar, Nick Drake, Feist… Mais aussi la prose de Jean Giono (« il m’a rendu le sourire que je perdais peu à peu à Paris »), Nancy Houston, Herman Hesse … Sans oublier le cinéma de Tom Ford, des frères Coen ou de Bong Joon-ho. Enfin, inscrites dans le prisme visuel de L’Eau et la peau, les natures mortes de Louise Moillon et Jean-Baptiste Chardin, peintres des XVIIe et XVIIIe siècle dont la technique impressionne Gaël.

GAEL FAURE : LA MÉMOIRE DE L'EAU

« Goûter à la vraie richesse », chante-t-il dans la soul épurée de « Renoncer », qui incite, comme il l’explique, à « tordre le coup au superficiel, au faux vrai, à la parade… »

Ce qu’on possède de plus précieux ne serait-il pas le temps ?

Celui dont on dispose, celui qu’on donne.

Lorsqu’on évoque « Tu risques quoi » avec Gaël, celui-ci cite Françoise Dolto : « le seul péché est de ne pas se risquer pour vivre son désir ».

Fi du regard de l’autre, il faut trouver sa voie, sa voix, et les affirmer.  

« Tout ce temps-là pour reconnaître toutes ces choses qui font de moi un orage si grand », avoue Gaël sur le lumineux « Ma Folie ma Maison », entre français et espagnol, où la résilience et l’apprentissage désamorcent la réalité de nos existences soumises à des remous tels ceux que nous vivons actuellement : « en cette période, il faut vraiment être armé spirituellement pour ne pas sombrer dans une certaine folie, la dépression ou la colère !  C’est l’opportunité de s’occuper de soi, de tout recommencer. » Avec L’Eau et la peau, oracle qu’on pourrait croire niché dans les terres de Lourdes, Gaël Faure accepte son propre désordre et nous permet, à nous aussi, de lâcher prise. Et n’est-ce pas ce qu’on attend là de la musique ? 

Texte et photos de David Salomonowicz

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Infos >> Partenaires

janvier 2023
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Nos sponsors

Les infos de votre Région Gratuite Souhaitez-vous recevoir des notifications sur les dernières mises à jour ? Non oui

Pin It on Pinterest

Share This