Logo info Brabant Wallon

BIEN-ÊTRE > NATUROPATHIE > L’AUTRE PILIER DE LA SANTÉ

Mar 18, 2024 | Bien-être, Santé

Info>>lux >> Thémes >> Bien-être >> BIEN-ÊTRE > NATUROPATHIE > L’AUTRE PILIER DE LA SANTÉ

Ces bases oubliées par certains naturopathes

Vous connaissez sans doute comme moi des personnes qui menaient une vie des plus parfaites sur le plan de l’hygiène vitale et qui malgré tout sont « tombées malade ». J’ai connu une professeure de Yoga qui vivait dans la campagne Provençale à l’écart de toutes sources de pollutions, elle était végétarienne, pratiquait parfois le jeûne et ne mangeait que du bio. Elle était active et pratiquait tous les jours du yoga ou des marches en montagne… ne fumait et ne buvait pas d’alcool, ne consommait aucun produit industriel … une vie idéal si l’on s’en tient à l’approche naturopathique de la santé. 

Dans cette logique elle aurait du vivre centenaire, sauf qu’elle est morte d’un cancer du sein au alentour de la quarantaine ! Pourtant elle n’a pas été irradié ou empoisonné par quelques pollutions que se soit (à part sans doute les traitements après la déclaration de sa maladie). Ce cas n’est hélas pas isolé, au grand étonnement de nombreux adeptes de la naturopathie ou de l’hygiénisme. On cherche alors des explications du coté de la génétique, sauf qu’en accusant les gênes on se déresponsabilise vis à vis de sa santé. Si la santé est du à mes gênes alors pourquoi essayer de la préserver par une hygiène de vie saine ?

En réalité la Santé repose sur trois piliers principaux : on retrouve ces trois piliers dans de nombreuses traditions partout dans le monde. Mais comme nous allons le voir la naturopathie moderne à tendance à en négliger deux sur les trois, devinez lesquels ?

  • L’hygiène alimentaire (diététique et nutrition)
  • L’hygiène physique (mouvement et respiration)
  • L’hygiène psycho-émotionnelle (gestion stress- développement personnel) 

Les naturopathes misent essentiellement sur l’hygiène alimentaire. Suivant les courants et les différentes écoles on met l’accent sur la qualité nutritionnelle, l’équilibre acido-basique, l’alimentation dissociée, le crudivorisme, le végétalisme … et l’on pense qu’en apportant un réglage alimentaire au patient cela suffira à le guérir de tous ses maux.

L’adage d’Hippocrate « Que ton aliment soit ton seul médicament » a été mal compris. Pour la Dr Kousmine, la santé repose sur un trépied et si vous retirez un pied à une table elle ne tient plus. Pour nous c’est pareil. Bien manger tout en restant sédentaire ne suffit pas pour atteindre un niveau de santé optimal. Mais encore plus que le mouvement, c’est le 3ème pilier, qui concerne l’axe psycho-émotionnel, qui n’est trop souvent abordé que de façon superficielle par les naturopathes. Ils pensent pour la plupart qu’en faisant de la relaxation, de la visualisation créatrice ou même de la méditation … on parviendra à supprimer les sources de stress qui font le lit de nos maladies.

Je ne veux pas critiquer ses méthodes qui ont fait leur preuve et que j’intègre même à mon mode vie. Je ne dis pas non plus qu’il n’existe pas d’origine psycho-émotionnelle à nos maladies, c’est même de cela dont je vais vous parler par la suite. Je dis simplement que les techniques de gestion du stress, d’introspection, de visualisation … ne doivent pas nous faire oublier la cause profonde de nos soucis.

Si comme moi à la suite d’une séance de relaxation ou après un bon massage vous vous sentez détendu et plus disposé à mieux vivre votre quotidien,  en revanche cela ne vous empêchera pas le lendemain d’être confronté à vos angoisses, conflits ou soucis quotidiens. Vous continuerez de vous faire harceler par votre patron si c’est votre problématique du moment, vous ne supporterez pas mieux les remarques de votre belle-mère et vous ne comprendrez toujours pas pourquoi vous attirez à vous toujours les mêmes types de partenaires agressifs ou encore pourquoi vous acceptez de mener une vie qui ne vous convient pas.

Ce que je veux dire c’est que la naturopathie « classique » ne propose pas d’approche causaliste sur le plan psycho-émotionnel. Elle ne propose pas une exploration et une compréhension pertinente de ce qui constitue les raisons profondes des stress majeurs de votre vie pourtant à l’origine de nombreux symptômes.  Cet aspect de la santé qui fait le lien entre la psyché, l’émotionnel (les ressentis) et le physique (soma) constitue pourtant une branche fondamentale de la naturopathie dite « holistique » (globale). On parle des origines psychosomatiques ou plutôt « psychobiologiques » de la « mal-à-dit » qui devient porteuses de sens. Nos symptômes deviennent alors l’expression de nos conflits psycho-émotionnels que nous n’arrivons pas à gérer. 

Toutes les traditions ancestrales montrent depuis longtemps que la maladie n’est pas un dérèglement ni même la marque d’une faiblesse ou d’une fatigue organique, elle est au contraire une réaction, une adaptation chargée de sens. Il faut même parfois être suffisamment en bonne santé pour « tomber malade ». Comme le disait, Carl Gustave Jung« la maladie est l’effort que fait la nature pour guérir ». Nos maladies sont sans doute essentielles pour passer certaines étapes de notre vie et évoluer. Les maladies d’autonomie de l’enfance (maladies de peau type rougeole, rubéole, varicelle …) en sont un exemple connu.

Après certaines maladies, les enfants sont véritablement changés et gagnent en autonomie émotionnelle. La maladie peut donc s’avérer utile à condition de l’appréhender comme un moyen de remettre en cause certains aspects de notre vie. Mais même si vous ajoutez à votre hygiène de vie la relaxation, la méditation, la sophrologie … cela ne vous empêchera pas d’être malade car la maladie est très souvent une étape nécessaire pour atteindre la santé. Mais de quelle santé parle-t-on ?

Être en bonne santé ne veut pas dire ne pas avoir de symptôme ou de maladie. Ce n’est qu’une vision physique de la santé. D’autre part, la naturopathie nous apprend à reprendre le contrôle de notre santé, à devenir des individus responsables et lucides quand aux causes de nos maladies afin de les supprimer en changeant nos comportements. Mais pouvons nous vraiment tout contrôler ? La maladie ne prend-elle pas ses racines ailleurs que dans nos aliments, dans l’air que nous respirons, dans les cellules sous oxygénées ou même dans nos stress quotidiens ? 

Pour résumer, vous aurez beau vous alimenter de la meilleure des façons, vous complémenter en nutriments essentiels, faire du sport et des exercices respiratoires tous les jours, de la méditation ou de la relaxation tous les matins, vivre dans la nature et sous un climat idéal…, certes vous augmenterez vos chances d’atteindre un bon niveau de vitalité, un état de bien être mais cela ne vous épargnera pas de la maladie ! En revanche, le changement de regard que je viens de vous proposer sur la maladie associée à une hygiène de vie respectueuse des lois de la biologie vous permettra d’encaisser plus facilement les désagréments (symptômes) associés à la maladie.

Une naturopathie véritablement holistique gagnerait à se tourner vers les approches psy-bio-généalogiques qui font le lien entre le corps (soma), le cerveau, l’émotionnel (ressenti) et notre histoire familiale. Car la maladie n’est pas qu’une histoire « d’encrassement humorale » ou « d’équilibre acido-basique » ! Je vous montrerai dans un prochain article comment nous pouvons fabriquer nos propres maladies à la suite d’un stress psycho-émotionnel

Publication : Éric Klein | www.bioshiatsu.fr

Retrouvez toute l’actualité de l’école Alsace Naturo (formations, stages en présentiel ou en ligne ouverts à tous) sur le site web https://www.alsacenaturo.com et sur la chaîne Youtube https://www.youtube.com/@santenaturopathie.

Infos Bien-être

0 commentaires

Rotary

Le Rotary Club d’Attert, Sûre et Semois Le...