Logo info Brabant Wallon

BIEN-ÊTRE > SHIATSU > POUR LES SPORTIFS

Oct 9, 2023 | Bien-être

Info>>lux >> Thémes >> Bien-être >> BIEN-ÊTRE > SHIATSU > POUR LES SPORTIFS

Sport et Shiatsu

J’en parlais déjà un peu dans ma présentation: j’ai fait et je fais encore pas mal de sport(s). J’aime croiser les entraînements et découvrir de nouveaux terrains d’exploration. J’ai surtout besoin d’expérimenter, de passer par mon corps,m pour comprendre.

J’ai commencé assez tôt avec l’athlétisme puis j’ai pu faire pas mal de sports très différents: vol à voile (dont un peu d’acrobatie), escalade, plongée, aïkido. J’ai pu aussi expérimenter le trail et les ultra-trails et fais de l’équitation depuis quelques années. Cela me donne une certaine expérience et un point de vue en fonction de la discipline.

L’intérêt du shiatsu dans un cadre sportif tient à son action globale sur le corps: sur la mobilité articulaire, sur la souplesse musculaire, sur la détente organique, sur la capacité pulmonaire, sur les facultés de récupération du corps, sur la détente mentale et sur l’équilibre psycho-émotionnel.

Comprendre le terrain

Il me semble essentiel de bien appréhender la sphère d’intervention. Pas seulement une compréhension intellectuelle, la compréhension peut aussi passer par votre corps, vos propres ressentis. Les besoins d’un marathonien ou d’un ultratrailer sont foncièrement différents. Les contraintes physiques ou physiologiques quand on pratique l’escalade ne sont pas les mêmes que pour la plongée.

Comprendre avec sa propre expérience, avec son corps, permet de savoir ce que le personne exprime et de se rendre totalement disponible à ses besoins. Pour ma part, j’ai voulu multiplier les expériences afin d’élargir ma compréhension.

Les objectifs du sportif

Dans ma pratique je fais très peu de différence entre un amateur et un professionnel. L’envie de performance reste sensiblement pareille, même si les enjeux des professionnels sont souvent plus lourds à gérer (plus de charge physique et mentale car il y a un besoin de résultats).

Généralement, un sportif réfléchira en fonction de ses propres objectifs, envie de performance: faire un temps, atteindre tel classement, etc.

Les 2 axes principaux sur lesquels il portera son attention sont l’entraînement et la nutrition.

Parfois au détriment du corps, son mental le coupe de ses ressentis.

No pain, no gain

Sentence bien connue de beaucoup de sportifs. Même si toute douleur n’est pas significative, le message envoyé par le corps est d’une importance cruciale.

Il est nécessaire d’apprendre à reconnaître la douleur, son origine et l’importance du symptôme.

C’est parfois ici que le bas blesse. Si le mental est sur-dominant, les messages envoyés par le corps seront niés ou non reconnu. En ultra-trail, par exemple, la douleur à la plante des pieds liée aux échauffements, aux pieds mouillés sera certes parfois très forte mais ne porte pas vraiment à conséquence. Par contre, une douleur sourde dans les lombes et de l’hématurie pourra être gravissime.

Dans tous les cas, une douleur engendrera des crispations. L’art du praticien de shiatsu sera de reconnaître, sentir la limite du corps et de conscientiser le sportif aux besoins réels de son corps pour qu’il puisse faire évoluer ses plans d’entraînement ou adapter son effort pendant la compétition.

Quand, comment et pourquoi  intervenir ?

Je détermine 3 phases d’action du shiatsu: avant, pendant et après l’effort.

Avant, c’est toute la période préparatoire qui devra être combinée aux phases d’entraînement (c’est notamment pour cela qu’il est important de connaître le sport et comprendre les phases de préparation). Dans cette phase, le shiatsu sert à détendre le corps pour lui permettre de mobiliser au mieux ses capacités. La détente permet au sportif une plus grande aisance de mouvement et/ou une meilleure endurance. Tout le système musculo-squelettique, lorsqu’il est détendu, gagnera en amplitude et  en efficacité de mouvement. Le shiatsu au niveau organique offrira une mobilisation maximum pour une plus grande performance. Au niveau mental, le shiatsu offrira une détente, une meilleure récupération, de meilleures capacités de concentration et peut-être moins de stress quant aux objectifs souhaités.

Pendant, c’est une phase un peu délicate. Dans le cas de compétition où plusieurs manches se succèdent, le praticien de shiatsu interviendra pour détendre le corps et maximiser les facultés de récupération. Dans le cas de sport d’endurance ou ultra-endurance, la pratique sera essentiellement musculaire afin de permettre aux muscles d’évacuer les tensions et l’acide lactique afin d’éviter les plus grosses lésions.

Dans tous les cas, calmer le mental et un retour complet au corps permet de mieux se sentir et de prendre les bonnes décisions, chaque sport ayant sa propre stratégie.

L’après compétition pourrait s’appeler « récupération et optimisation ».

Juste après la compétition, dans les 24 premières heures, le shiatsu va aider à drainer l’acide lactique des muscles, va diminuer la phase inflammatoire de certains tissus ou articulations et ainsi accélérer la récupération.

Témoignage

J’ai reçu, il y a quelques années, un homme qui avait une lésion dans le tendon d’Achille. La clinique du sport me l’envoyait et lui avait dit de calmer les entraînements et d’envisager le sport comme une récréation. Lui fait de la course à pieds depuis des années, va avoir 50 ans et a un rêve: faire un marathon. Rêve mis en suspens par sa blessure et la vis des médecins.

Après 6 mois de traitement en shiatsu (on s’est vu toutes les 3 ou 4 semaines), la lésions du tendon s’est résorbée et il a de bonnes sensations quand il court. Il reprend l’entraînement et se sent capable de faire son premier marathon 4 mois plus tard, sans objectif réel. Un an plus tard, il refait un marathon avec l’objectif de le faire en moins de 3h. Le médecin et les kiné de la clinique le mettent en garde sur les possibles conséquences. Il a pu faire cette course en respectant son objectif. J’ai accompagné toute sa phase de préparation et avons fait une dernière séance le surlendemain de la course. Une semaine plus tard, de visite à la clinique, les kinés le croyaient à peine en voyant l’avancée de sa récupération.

En conclusion

Le shiatsu peut être un très bon complément lors de pratiques sportives, comme vu l’avez lu, pour la préparation et la récupération (qu’elle se fasse pendant ou après la compétition). A un autre niveau, si u(e)  sportif(ve) se sent anxieux(se) juste avant la compétition, le shiatsu apportera un peu de la sérénité nécessaire pour arriver reposer et focus le jour J.

Auteur et rédacteur : Fabian Bastianelli.

Publication : Éric Klein | www.bioshiatsu.fr

Retrouvez mon actualité  sur www.fabianbastianelli.com, des informations relatives à l’école Odo Shiatsu ici : www.odoshiatsu.be, le centre pluridisciplinaire: www.resonances.io ou encore sur le site des éditions du Renard Blanc : www.renardblanc.be.

Pour me contacter directement par courriel : [email protected] ou par téléphone téléphone : +32(0)498/43 53 02.

Infos Bien-être

0 commentaires

Mots clés :

Bien-Être santé

Rotary

Le Rotary Club d’Attert, Sûre et Semois Le...

Nos sponsors