BIEN-ÊTRE > SHIATSU > FABIAN BASTIANELLI

Sep 25, 2023 | Bien-être, Thémes

Info>>lux >> Thémes >> BIEN-ÊTRE > SHIATSU > FABIAN BASTIANELLI

Portrait d’un praticien et d’un enseignant Shiatsu

Mon nom est Fabian Bastianelli, je suis né en 1974 en Belgique. Je suis un curieux de la vie et aime questionner.

Le shiatsu est mon activité principale. Je dirige un centre de thérapies intégratives, le centre Résonances à Huy (Belgique) dans lequel je pratique le shiatsu, donne des ateliers de méditation et partage l’espace avec mes collègues acupuncteur, sophrologue, masseuse et naturopathe. Je suis également cofondateur d’une école de shiatsu, Odo shiatsu et j’ai lancé une maison d’édition, les éditions du Renard Blanc.

Aussi loin que je me souvienne, mon attrait pour l’Asie et l’Orient remonte à mon enfance. J’avais trouvé quelques livres sur le sujet dans la bibliothèque familiale et j’essayais de recopier certains idéogrammes.

A mon adolescence, je me suis plongé dans la lecture de certains livres en tentant de mettre en pratique ce que j’y lisais sur les méditations, l’auto-hypnose, le contrôle du souffle et du corps. Cela m’a assez bien servi dans mes pratiques sportives (article à venir “Shiatsu pour les sportifs »).

Dans cet élan solitaire de mise en pratique, je sentais que je plafonnais. La chance veut qu’à 10 kilomètres de chez moi, il y a un centre bouddhiste. J’ai donc poussé la porte. Je devais avoir 19 ans. Le moine responsable m’a dès lors initié aux pratiques de méditation tibétaines. A 26 ans, j’ai eu envie de me mettre à l’aïkido, ce qui m’a fait découvrir le Zen et le shiatsu.

Aimant questionner, j’ai demandé à mon professeur d’aïkido ce qu’était le ki, l’énergie. Je voulais savoir ce qui se cachait derrière cela (j’ai de base une formation scientifique). Mon professeur m’a ”pris mon ki”, comme il m’a dit. Rien de très extravagant techniquement, il a tenu mon poignet et sans aucun mouvement, il a pris mon ki: mes jambes se sont dérobées sous moi, plusieurs fois de suite, malgré ma volonté de résister. J’étais interloqué, fasciné et je voulais comprendre. Il  m’a alors répondu: “va vers le shiatsu”. J’ai donc cherché une école. La chance (encore elle) m’a fait rencontrer Kawada senseï, fondateur de la Yoseido Shiatsu Academy. Mon envie de Japon était doublement comblée: je pouvais rencontrer un maître japonais et il était à moins de 100 kilomètres de chez moi. J’ai foncé.

J’ai suivi les 3 années et ai été diplômé. Mais j’avais un goût de trop peu. Une porte était ouverte, j’avais les bases et je ressentais le besoin d’aller en découvrir les profondeurs. Une bonne année après le diplôme, Kawada Senseï m’a proposé de devenir assistant pour la première année. Je l’ai accompagné plusieurs années lors desquelles j’ai perçu les nuances et la profondeur des techniques. Il m’a aussi incité à pratiquer. Les shiatsu se sont doucement enchaînés jusqu’au moment du choix: faire du shiatsu une pratique récréative ou oser plonger et en faire mon activité principale. J’ai plongé.

Méditation

Comme je le disais plus haut, j’ai été baigné très tôt dans l’univers asiatique et l’application de principes liés au Bouddhisme. Ma première retraite en méditation dans un centre (à l’époque, seuls les centres bouddhistes offraient cela) s’est faite en 1994. J’ai alors embrayé sur la pratique. Dans un premier temps, dans les méditations tibétaines puis j’ai fait du zazen. Ma pratique s’appuie ainsi sur ces 2 piliers: une racine au Tibet, l’autre au Japon. Je partage cela avec mon expérience et mon esprit occidental.

Un lieu de synergie : le centre Résonances

Quand j’ai plongé, comme je l’explique plus haut, ma pratique s’est peu à peu professionnalisée. Au début, je pratiquais chez moi dans un espace aménagé puis j’ai loué un petit cabinet au centre ville. Là, les choses ont changé. Ma pratique s’est intensifiée et, petit à petit, je suis passé d’une pratique de détente à des demandes plus thérapeutiques. Régulièrement, mes receveurs me demandaient qui je pouvais conseiller dans différents domaines qui compléteraient le shiatsu (acupuncteur, psychologue, naturopathe, aromathérapeute,etc). L’idée d’un centre rassemblant différents praticiens de médecine douce était là. C’est réellement en 2017 que j’ai pu mettre ça en œuvre avec un espace partagé entre plusieurs personnes complémentaires: acupuncture, massages, sophrologie, psychothérapie, naturopathie. C’est le centre Résonances basé à Huy (Belgique).

Partage et enseignement

En 2019, lors d’un voyage au Japon où j’accompagnais Kyoko Kishi, j’ai mis sur papier mon école idéale: un esprit dojo, en utilisant des méthodes de pédagogie transversale, le lien entre tous les étudiants de tous niveaux, etc. J’ai proposé cette structure de base à 2 amis dont Stéphane Cuypers (que vous pouvez découvrir aussi sur cette plateforme). L’étincelle s’allumait, Odo shiatsu était né.

Cette école est basée sur l’expérience de terrain: les enseignants partagent et explicitent les cours au travers de leur expérience en cabinet, avec une vision, une compréhension des racines du shiatsu et de la culture asiatique. L’école est basée à Yeunten Ling, institut bouddhiste près de Huy. Cela nous offre la possibilité d’aller vraiment vers les racines du shiatsu.

Une maison d’édition

Ça, c’est un peu un coup du sort: mon groupe de méditation me demandait d’écrire un livre sur la méditation mais je trouvais que le sujet était déjà bien trop écumé. Par amusement, je me suis mis à réfléchir à ce que je pourrais écrire en allant en moi chercher ma propre expérience de la méditation. Après quelques mois, un manuscrit était là. Je l’ai proposé à une maison d’édition locale mais mon sujet ne rentrait pas dans leur ligne éditoriale. Ils m’ont proposé d’imprimer en auto-édition. Ce premier livre a été très bien reçu (“L’errance et le voyage, réflexions à l’usage du voyageur intérieur”). Stéphane Cuypers m’a ensuite proposé son livre “Le Shiatsu, un art japonais”. Les éditions du Renard Blanc étaient lancées.

L’esprit de ma pratique

On ne devient pas praticien/thérapeute par hasard: mon chemin de vie m’y a amené. Comme tout le monde, je suis passé par des moments marrants ou moins amusants mais toujours riches d’expérience.

J’ai d’abord aussi énormément reçu des shiatsu. J’ai pu sentir et constater les résultats.

C’est avec tout ce bagage que je pratique aujourd’hui.

Auteur et rédacteur : Fabian Bastianelli.

Publication : Éric Klein | www.bioshiatsu.fr

Retrouvez mon actualité  sur www.fabianbastianelli.com, des informations relatives à l’école Odo Shiatsu ici : www.odoshiatsu.be, le centre pluridisciplinaire: www.resonances.io ou encore sur le site des éditions du Renard Blanc : www.renardblanc.be.

Pour me contacter directement par courriel : [email protected] ou par téléphone téléphone : +32(0)498/43 53 02.

Infos Bien-être

0 commentaires

Mots clés :

Bien-Être santé

Protégé : LUXFLY

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Nos sponsors