Logo info Brabant Wallon
Info>>lux >> Pays >> Belgique >> Wallonie >> Province de Luxembourg >> Jean de Béla, le Basque d’Arlon qui est mort pour Martelange

Jean de Béla était un jeune officier français, d’origine basque, qui est mort près d’Arlon pour Martelange. Sa tombe, malheureusement disparue de l’ancien cimetière de la Rue des Thermes Romains, à Arlon, est inventoriée dans l’excellent ouvrage de Monsieur Guy Fairon : Inventaire des monuments funéraires du vieux cimetière d’Arlon. Les monuments qui se trouvent encore dans l’enceinte ou à proximité du vieux cimetière, 2018, Cahiers du Groupe de Recherches Aériennes du Sud Belge GRASB, n° 47.

Schéma de la stèle du Chevalier de Béla (Copyright Guy Fairon).

L’épée dénudée et pointée en biais vers le haut indique un militaire, plutôt un officier, qui serait tombé en service commandé ou pendant un combat.

L’inscription dédicatoire gravée sur la pierre tombale du Chevalier de Béla (Copyright Guy Fairon).

Plusieurs éléments intriguent, tout d’abord le nom et l’origine française, sinon basque, du Chevalier de Béla, dont le lapiciste a mal écrit le nom de la ville d’origine, Mauléon, située dans la Soule, à la frontière entre la France et l’Espagne.

Carte indiquant la situation de Mauléon-Licharre dans la Soule (Copyright Goggle Map).
Les armoiries de la famille de Béla (Copyright Wikipedia).

Le nom de cette illustre famille fut, notamment, illustré par le Lieutenant Général des Armées du Roi Jean - Philippe de Béla, fondateur de plusieurs unités de volontaires basques, rédacteur de plusieurs mémoires militaires, inventeur d’un nouveau type de canon; qui laissa une nombreuse descendance et mourut en 1796.

Portrait d’un Lieutenant Général des armées du Roi sous Louis XV (https://www.gslr-antiques.com/fr/boutique/tableaux/images/portrait-officier-general-lxv/portrait-officier-general-lxv-1.jpg).
Soldat du Régiment des Cantabres Volontaires, fondé par Jean - Philippe de Béla ( Copyright https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8409143z/f1).

Même si on ne retrouve pas, encore, le lien qui unit Jean Pierre Théophile à ce Jean – Philippe, le nom et la ville d’origine suffiraient à indiquer qu’il existait un certain lien de parenté entre eux.

Si le registre paroissial de l’Église de Saint Martin déclare que le nom des parents du Chevalier de Béla sont inconnus, il apparaît clairement que le commanditaire de sa pierre tombale en susse assez pour indiquer sa ville natale, le département français dont elle dépend, et le titre du défunt.

L’absence de mention de lien de parenté ou d’éléments affectifs dans l’inscription dédicatoire pourrait indiquer que le commanditaire du texte n’appartenait pas à la famille du défunt

La précision dans les détails et le travail réalisé pour graver le motif ornemental en bas – relief, montrent néanmoins que le commanditaire de la stèle disposait d’importants moyens financiers et éprouvait suffisament d’affection pour le Sous-Lieutenant de Béla que pour les lui consacrer.

La présence d’un Français, noble, d’origine basque, et servant comme Sous - Lieutenant dans les armées belges, au moins depuis 1832, montre bien que les jeunes noblions européens, cadets de famille, venaient chercher fortune et gloire en mettant leur épée au service de notre royaume.

Le fait qu’un officier du 9ème Régiment d’Infanterie de Ligne belge, caserné à Mons, soit enterré à Arlon peut aussi facilement s’expliquer.

Les officiers de l’infanterie de ligne belge entre 1836 et 1843 (Copyright Patrice Courcelle).

Ce régiment avait été formé en 1830 avec la 17ème Division d’Infanterie hollandaise, casernée à Gand, et formée là-bas avec le Bataillon de Chasseurs à pied n° 36, vétéran de Waterloo, les Bataillons d’Infanterie de Milice Nationale n° 36 (Oudenaerde), n° 37 (Dendermonde), et n° 38 (Eeklo);

Carte présentant les différentes divisions d’infanterie hollandaises en Belgique vers 1830
(https://www.amrg-vkmg.be/wp-content/uploads/2020/04/De_Geboorte_van_de_Militaire_Muziek_in_het_Koninkrijk_der_Nederlanden.pdf).
Les Chasseurs à Pieds hollandais en 1823 (Copyright Wikipedia).
La Milice hollando - belge en 1815 (https://www.pinterest.com/pin/487936940860289051/).
L’infanterie de Ligne belge entre 1836 et 1843 (Copyright Patrice Courcelle).
L’Infanterie de Ligne prussienne qui était en garnison à Luxembourg en 1832 (Copyright http://www.uniformology.com/WORLD_U/Pruss_32_Inf_Regt_2.jpg)).

La seule raison qui explique la présence d’un officier du 9ème Régiment d’Infanterie de Ligne à Arlon est la controverse et les tensions qui régnaient pour l’établissement définitif de la frontière entre la jeune Belgique et les Pays-Bas en 1839.

Les tensions tournaient autour de Martelange, que la Belgique voulait garder pour joindre Bastogne et Namur, ce qu’elle n’avait pas pensé à préciser lors de la signature du Traité des XVII articles après son indépendance. La Hollande, qui refusait de signer l’armistice et de reconnaître les frontières depuis 1831, amenait des hommes au Limbourg et au Luxembourg afin de nous intimider.

Carte de la Belgique avant 1843 (Copyright Wikipedia).

Les grandes puissances de la Conférence de Londres, qui s’étaient portées garantes de l’indépendance de la Belgique contre la Hollande, donc la Russie, la France, qui avait massé 30000 hommes sur notre frontière méridionale, et la Prusse, qui avait rameuté 55000 hommes au Luxembourg, nous menaçaient également, surtout les 21 et 22 juin 1839. Se préparer à nous envahir était quand même une étrange manière de se porter garantes de notre indépendance, un peu comme quand l’état diminue la TVA pour augmenter les accises.

La Belgique envoya donc le Général - Major L’Olivier et une brigade réduite de 2500 hommes, qui comptait le 9ème Régiment d’Infanterie de Ligne, alors basé à Namur, pour montrer les dents. Les commissaires hollandais, chargés de placer les emplacements pour les fameuses bornes frontières que nous voyons encore dans les champs et les bois, en exigèrent le retrait afin de faire leur travail.

Le 9ème Régiment d’Infanterie de Ligne fut déplacé à Bastogne afin de calmer le jeu avec les Prussiens, puis la Belgique et les Pays - Bas parvinrent à trouver un accord provisoire sur le bornage des frontières le 21 août. Le pays y perdait encore un peu plus de territoire que prévu mais, quand on veut veut avoir avec les gros balèzes du voisinage, il faut bien accepter que leur arbres perdent leur feuilles dans son jardin.

Photo d’une des bornes qui marquent la frontière entre le Royaume de Belgique et le Grand – Duché du Luxembourg (Copyright Wikipedia).

Si le Sous-Lieutenant de Béla est mort à Arlon le 18 janvier 1840, il est concevable de penser qu’il fut gravement blessé dans une échauffourée avec les troupes prussiennes à la frontière entre les mois de juillet et de décembre 1839, et qui fut étouffée par les parties concernées afin de ne pas créer un nouveau casus belli.

Cela peut paraître anodin, mais c’est aussi à cause de ce traité, écrit avec le sang de nos ancêtres, que l’empire britannique, qui ne voulait pas voir la marine impériale allemande arriver dans les ports belges, hollandais et français en Mer du Nord, déclara la guerre lors du viol de la Belgique en 1914.

Le Chancelier allemand, Theobald von Bethmann Hollweg, répondit à l’ambassadeur d’Angleterre qu’il ne fallait pas partir en guerre pour ce qu’il appelait un “chiffon de papier”…et il causa la perte de millions de personnes qu’il ne connaissait pas.

J’ai trouvé une illustration de signatures de ce fameux chiffon de papier sur une affiche de recrutement anglaise pour la Première Guerre Mondiale.

Les signatures du fameux “chiffon de papier” (Copyright Wikipedia).

Retrouvez cette chronique, et d’autres encore, sur la page de Vivacité Luxembourg, sur la page d’Info-Lux, ainsi que sur ma page Fabrice D-E B-A-C-K-E-R, sur Facebook, Twitter ou Instagram.

Page Facebook de Fabrice

https://www.facebook.com/profile.php?id=100017807142373

Twitter de Fabrice : @Fab_De_Backer

Instagram de Fabrice : fabrice.de_backer

Fabrice De Backer

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos sponsors

Les infos de votre Région Gratuite Souhaitez-vous recevoir des notifications sur les dernières mises à jour ? Non oui

Pin It on Pinterest

Share This