LE FESTIVAL DE CANNES VIT SES DERNIERS JOURS

Juil 15, 2021 | ACTUALITES, Cinema | 0 commentaires

Info>>lux >> ACTUALITES >> LE FESTIVAL DE CANNES VIT SES DERNIERS JOURS

Par Thibaut Demeyer, depuis la Croisette

Thibaut Demeyer

Dans 48 heures, la 74è édition du Festival de Cannes va fermer ses portes. Spike Lee et ses acolytes annonceront alors le Palmarès et le vainqueur de la Palme d’or. Un Palmarès encore incertain au moment où nous publions cet article. En effet, quatre films doivent encore être projetés d’ici samedi. Dès lors, rien n’est encore vraiment joué car aucun film ne sort réellement du lot.

Jacques Audiard

Ce jour, c’était au tour de Jacques Audiard, le fils du célèbre dialoguiste Michel Audiard, de venir défendre son film intitulé « Les Olympiades », six ans après sa Palme d’or pour « Dheepan ». Film en noir et blanc, « Les Olympiades » est une histoire d’amour qui se déroule dans le XIIIe arrondissement de Paris dans le quartier dit « Les Olympiades ». Il s’agit de l’adaptation d’une bande dessinée qu’il a donc adaptée avec la complicité de la réalisatrice/scénariste Céline Sciamma.

Cette histoire aurait pu être tournée n’importe où à Paris mais si Jacques Audiard a tenu à situer l’action dans le XIIIe arrondissement, c’est parce qu’il connaît très bien l’endroit « j’y ai vécu longtemps, c’est un quartier que je connais donc assez bien et que j’ai vu bouger dans des proportions très importantes, c’est très beau. Ensuite, j’avais envie d’un « mélange de gens » : des Noirs, des Asiatiques, des Caucasiens … Je voulais un lieu donné, circonscrit, et le XIIIe c’est vraiment cela : un lieu. C’est aussi un quartier de grande interpénétration sociale et culturelle » nous a-t-il confié lors de la conférence de presse.

Noemie Merlant

Au générique de ce film, nous retrouvons Noémie Merlant vue dans « Portrait d’une jeune fille en feu » présenté sur la Croisette en 2019 ainsi que, pour la première fois à l’écran, Lucie Zhang dont la qualité d’interprétation a été plus que remarquée. A ses côtés, Makita Samba que les inconditionnels de la série « Candice Renoir » doivent connaître.

Makita Samba

Parmi les films attendus avec impatience d’ici la fin du Festival, et précédés par des avis encourageants et positifs, on pointera « les Intranquilles » du réalisateur belge Joachim Lafosse, habitué des sélections parallèles et dont c’est la première sélection en compétition officielle. Le film sera d’ailleurs le dernier à être présenté comme ce fut le cas de « Rosetta » des frères Dardenne en 1999. L’année où ils ont décroché leur première Palme d’or. Espérons qu’il en sera de même pour notre compatriote dont l’œuvre a été également coproduite par la société de production luxembourgeoise « Samsa ». L’histoire des « Intranquilles » est celle de Leïla et Damien qui s’aiment profondément malgré la bipolarité de Damien. Il tente alors de poursuivre sa vie avec elle sachant qu’il ne pourra peut-être jamais lui offrir ce qu’elle désire. Ah c’est certain, ce n’est pas avec « Les intranquilles » que nous allons rigoler, d’ailleurs, on ne rigole pas avec le cinéma de Joachim Lafosse.

Lucie Zhang

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos sponsors

Les infos de votre Région Gratuite Souhaitez-vous recevoir des notifications sur les dernières mises à jour ? Non oui

Pin It on Pinterest

Share This