BIEN-ÊTRE > NATUROPATHIE > DECODAGE BIOLOGIQUE

Jan 21, 2024 | Bien-être, Thémes

Info>>lux >> Thémes >> BIEN-ÊTRE > NATUROPATHIE > DECODAGE BIOLOGIQUE

La maladie comme réponse à notre histoire de vie

Il y a encore une vingtaine d’année je pensais que le maintien d’une bonne hygiène de vie (alimentaire et physique) suffisait à rester en bonne santé. Et si j’avais un symptôme c’est que j’avais fait un « écart » et que mon corps me le rappelait.

Jean-Brice THIVENT

Pourtant, dès mes premières consultations de naturopathe, je rencontrais des personnes dont l’hygiène de vie était satisfaisante (une alimentation adaptée, activité physique, grand air, …) mais il y avait chez eux un état de souffrance dont je pressentais le lien qu’il pouvait avoir avec leur « maladie ». Mais avec ma formation « classique » de naturopathe je n’avais pas appris à écouter et à comprendre cette souffrance, ni à faire de lien avec leurs symptômes.

C’est alors que j’ai découvert le courant de la « psycho-bio-généalogie » ou du « décodage biologique ». C’était la partie qui allait parfaitement compléter mon approche de naturopathe et m’ouvrir à une nouvelle dimension dans ma compréhension du « fonctionnement » de l’humain dans sa globalité. C’était la pièce qui allait compléter le puzzle et élargir mon champ de vision. Ce fût une véritable révélation.

Ma conception de la maladie a donc bien évolué depuis mon adolescence. Aujourd’hui la maladie n’est pour moi plus considérée comme un échec culpabilisant. Elle n’est plus non plus un simple « processus d’élimination des déchets ».  Elle est devenue une réponse adaptée à notre histoire de vie c’est à dire un fabuleux outil de connaissance de soi. Ma définition de la maladie pourrait être : «  l’expression de conflits psychiques ou biologiques internes qui nous connectent à notre identité profonde et nous relient à notre histoire de vie et notre généalogie » !!! Qu’est-ce que cela signifie ? Vous avez sans doute entendue parler de maladies psychosomatiques. C’est ce qu’on dit d’une maladie quand en médecine on n’en comprend pas les causes.  Un eczéma, un ulcère, une migraine … c’est le stress qui se somatise !

Bien sur aujourd’hui, enrichi de nombreux travaux et d’expérimentations, le lien entre psychisme- ressenti- cerveau- organes est très bien établi. J’ai enfin compris que chaque maladie raconte une histoire, que chaque symptôme est reliée à un ressenti, que chaque manifestation de mon corps est l’expression d’une situation émotionnelle inachevée dont je n’ai  pas toujours conscience.

Je comprenais pour la première fois de ma vie pourquoi on pouvait avoir une inflammation qui revenait sur une seule articulation et jamais une autre, pourquoi certains eczéma apparaissent toujours aux mêmes endroits, pourquoi certaines maladies comme la fibromyalgie, l’anorexie, les cystites ou les pathologies de la thyroïde sont à 90% des maladies qui touchent les femme, pourquoi la fièvre et la fatigue accompagnent la plupart des poussées inflammatoires. Tout devenait limpide…

La maladie aurait donc un sens et une utilité. C’est ce que j’ai découvert en comprenant les travaux de médecins ayant une véritable vision globale de la médecine.  Notre cerveau qui est notre ordinateur central ne fait rien par hasard et ne déclenche rien dans le corps qui n’ait un intérêt pour mon équilibre et ma survie. 

Je sais que pour certains d’entre vous qui ont des pathologies chroniques invalidantes, entendre que nos symptômes sont l’expression de conflits internes, peut paraître surprenant voir insupportable. Comment mon corps créerait lui même un état invalidant pour ma survie ? Pourquoi la souffrance physique devrait-elle être reliée à une souffrance morale ?

Comment une maladie peut-elle être en lien avec l’histoire de mes parents ou celles de certains de mes ancêtres ?

Pour mieux comprendre comment fonctionne notre cerveau voici un décodage de la sciatique accompagné d’un exemple concret.

Vous savez sans doute que la sciatique est une affection qui désigne une douleur qui se situe le long du trajet du nerf sciatique. La douleur résulte d’une compression de ce nerf. La douleur part de la fesse. Elle peut descendre dans la cuisse, derrière le genou, le long du mollet, jusqu’à la cheville. La sciatique peut être accompagnée ou non de lombalgie (douleur lombaire). Le plus souvent, la douleur ne se situe pas sur le territoire entier du nerf : il arrive que la douleur se concentre sur la fesse ou sur la cheville, par exemple, sans passer par la cuisse ou le mollet.

Sa cause est souvent attribuée à un « faux mouvement », de mauvaises positions, l’usure … le hasard ?  Mais est-ce que vous avez réellement observé le contexte ou bien ce que vous viviez à ce moment là. Quel était le conflit du moment ?

Décoder son sens

Si nous partons du principe que la maladie a un sens et que notre cerveau la crée pour limiter un stress alors nous devons comprendre à quoi peut nous servir ce symptôme : ici une douleur qui nous empêche de nous déplacer. C’est son sens premier : limiter nos déplacements. 

Ensuite il faut décoder le fait que pathologie touche le nerf ; Le rôle du nerf est de transmettre une impulsion pour bouger. Ici le mouvement n’a pas encore eu lieu alors que mon cerveau envoi déjà la douleur. C’est donc une maladie liée au futur. Le nerf donne l’ordre au muscle de bouger et ce n’est normalement pas douloureux.

L’apparition d’une sciatique nous parle donc d’une problématique de déplacement futur, réel ou symbolique (virtuel ou imaginaire), notre cerveau ne faisant pas la différence entre les deux. Mais pour être encore plus précis il faut comprendre pourquoi elle se situe à droite ou a gauche. Un droitier aura logiquement un pied d’appui gauche. S’il décide de monter sur une chaise ou d’effectuer un déplacement, il commencera toujours par mettre le pied droit en avant, ou sur la chaise en premier. Le sens d’une sciatique droite chez un droitier sera l’expression d’un frein inconscient au désir de déplacement, et par conséquent le fruit d’une obligation à effectuer un déplacement que l’on ne veut pas faire.

Donc si l’on m’oblige ou si je me sens obligé d’aller travailler alors que je n’en ai pas envie, je pourrais, si le stress est très fort, déclencher une sciatique qui dira que « je dois réaliser un déplacement (aller sur mon lieu de travail) mais que je ne veux pas y aller ». Concernant une sciatique gauche, le sens sera de vouloir effectuer un déplacement mais qu’il me sera impossible de réaliser d’une façon réelle, symbolique ou imaginaire : « Je veux y aller mais quelque chose m’en empêche ».

Exemple : Un patient se présente au cabinet pour une sciatique de la jambe droite. Ce patient est droitier. Il s’agit donc d’une problématique de déplacement qu’il réalise par devoir ou par obligation. C’est un homme de 33 ans, sportif, et banquier de profession. Depuis deux mois, cet homme vit très mal le jugement dévalorisant que son supérieur lui inflige tous les jours au travail. Ce stress est devenu totalement insupportable pour lui. Tous les jours, lorsqu’il doit se rendre à son entreprise, il engrange une tension de plus en plus grande durant le trajet. Une sciatique droite le mettra en arrêt de travail et viendra solutionner son stress, au moins provisoirement. Si le stress perdure, la sciatique pourrait se transformer en hernie discale.

Chez un droitier, la sciatique gauche va, quant à elle, exprimer le désir d’effectuer un déplacement, mais qui est impossible physiquement (« J’en ai très envie mais mes parents m’interdisent d’aller à cette soirée » ) ou sur un autre plan (« J’aimerais changer de trajectoire professionnelle mais je dispose du seul revenu du foyer ») .

STAGE – Maladies du système génital (masculin et féminin), troubles sexuels…en comprendre leur sens psycho-biologique et les traiter naturellement

Les 10 et 11 février 2024 à Sarrebourg (ou en Visio)

Que vous soyez un homme ou une femme (ou les deux à la fois, maintenant c’est possible !), que vous ayez 13 ans ou 80 ans, que vous soyez seul ou en couple (ou plus) , la sexualité fait partie de votre vie que vous le vouliez ou non (même les 2% des gens qui n’ont jamais eu de désir ni de rapport expriment leur libido ou énergie de vie – Kundalini – autrement que dans la sexualité) et reste une dimension que la médecine a tendance à négliger.

Inscription via le lien suivant : https://www.alsacenaturo.com/service-page/le-syst%C3%A8me-g%C3%A9nital-sexualit%C3%A9?referral=service_list_widget

Renseignements complémentaires : 06 95 30 37 87 ou  [email protected]       
Tarif : 180€ (Règlement après la formation)

Publication : Éric Klein | www.bioshiatsu.fr

Retrouvez toute l’actualité de l’école Alsace Naturo (formations, stages en présentiel ou en ligne ouverts à tous) sur le site web https://www.alsacenaturo.com et sur la chaîne Youtube https://www.youtube.com/@santenaturopathie.

Infos Bien-être

0 commentaires

Protégé : LUXFLY

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :