Logo info Brabant Wallon
Info>>lux >> REPORTAGES >> Photos >> Pierre de Maere au Baudet’Stival > interview

Pierre de Maere au Baudet’Stival : « C’est devenu cool d’être Belge ! »

Petit nouveau sur la scène belge, Pierre de Maere était à Bertrix pour la première fois de sa jeune carrière ce samedi. A 21 ans, le chanteur a pourtant déjà un solide parcours derrière lui. Reçu par plusieurs grosses télévisions françaises, on évoque souvent l’héritage de Stromae en parlant de lui. Pierre de Maere a accepté de nous en dire un peu plus, quelques minutes après son concert à Bertrix.

Tes premières impressions en sortant de scène ici à Bertrix ?

L’heure de passage fait beaucoup de choses. Ici à 18h, il faut aller chercher le public. C’est même plus excitant car on n’arrive pas en terrain conquis, au contraire. Cela demande du mental et d’être dans sa bulle. Pour y aller à fond et faire adhérer les gens. J’ai senti que ça s’est réveillé sur un morceau qui s’appelle « Les animaux ». Ce morceau permet toujours de faire danser. Hier en Bretagne, c’était pareil. Mais ça s’est bien passé, un public bienveillant, c’est très agréable. Ici, il y a quand même un premier rang qui est là pour moi, je le sens, je vois les regards. Il  suffit de 5 regards différents pour me rassurer. C’est pas comme si c’était mon centième concert non plus, j’en ai fait 20 !

Et justement, tu vas faire d’autres scènes cet été ?

Cet été, il y a les Francofolies de Spa, il y a les Solidarités aussi.

Et encore une date ou deux en France mais la priorité est à l’album !

L’EP est sorti il y a six mois et maintenant il faut enchainer.

Car il y a un bel élan, on sent qu’il y a un truc qui se passe. Je ne voudrais pas perdre ça.

L’album est réalisé avec ton frère, Xavier, qui est ingénieur du son. Vous bossez toujours ensemble ?

On fait tout à deux. Généralement les maquettes viennent de moi.

J’écris, je compose, je produis déjà avec le son que je veux en tête. Une fois que j’ai une maquette qui tient bien la route, je vais chez Xavier à Bruxelles dans son studio. A deux, on finalise les morceaux, les arrangements.

De plus en plus, il arrive avec des idées originales aussi. J’essaye de ne m’entourer de personne d’autre. J’ai fait des tests avec d’autres, des producteurs rencontrés à Paris.

Ils sont adorables mais j’ai l’impression de me perdre. Je trouve que tout l’intérêt du projet album réside dans un style particulier.

Mais pour la suite, je ne me ferme à rien.

L’objectif est de le sortir quand cet album ?

Dans l’idéal pour tout le monde, c’est-à-dire mon label et moi, ce serait cet automne pour enchainer et garder l’énergie. Et puis il faut que ce soit avant les Victoires de la musique donc le label rêve d’une sortie mi-octobre. D’autant qu’il y a un Trianon à remplir et sans album c’est moins évident. Sinon ce sera début d’année prochaine mais il y aura de l’actualité en octobre quoi qu’il arrive. Au moins un single avec un gros clip.

Ton nom commence également à se faire connaitre en France. On t’a notamment vu sur « Quotidien » ou chez Ruquier. Deux grosses émissions télé qui font de plus en plus la part belle aux belges. Tu l’expliques comment ?

C’est grâce à notre roi Stromae qui a ouvert la voix à tout le monde et Angèle a confirmé derrière. On a aussi toute une série de rappeurs qui sont formidables comme Damso ou Booba. C’est devenu cool d’être Belge. Aujourd’hui, les Français cherchent à tout prix des Belges. C’est génial. Et puis c’est à chaque fois des tremplins ! Quotidien m’a amené 2.500 personnes sur Instagram en 24h. Le lendemain de Ruquier, on avait vendu 100 places pour la Cigale et puis c’est l’occasion de découvrir mon personnage. On adore ou on déteste, qu’importe mais c’est plus facile en télévision.

Justement, Pierre de Maere sur scène, c’est un personnage très complet dont le style est millimétré et original. D’où t’es venue l’inspiration ?

C’est moi mais en version glamour. Dans la vie de tous les jours, je ne suis pas hyper glamour, là je suis en short c’est pas la folie ! Mais sur scène, l’idée c’est de vendre du rêve. C’est ce que je ressentais étant jeune avec Lady Gaga, Bowie ou Freddy Mercury. Ces gens là m’ont forgé autant que mes parents. D’où l’importance du personnage mais c’est moi. Juste poussé à l’extrême.

Malgré ton jeune âge, tu as commencé ta carrière par la photographie déjà.

J’ai adoré la photographie. Il n’y a pas que la musique. Quand j’étais jeune, j’ai commencé par des portraits de ma sœur puis ses copines sont devenues des clientes. Puis j’ai shooté des mannequins et en m’intéressant à la direction artistique, j’en suis arrivé à la mode. Et puis, j’ai repris la musique avec ce bagage d’image. J’avais un petit complexe à l’époque en me disant que ma musique était peut-être trop pauvre car je n’ai jamais pris de cours de solfège ou de chant. C’est sur l’application Garageband que je me suis découvert musicien puis chanteur. Mais j’avais plus confiance en mon image que ma musique donc on a mis les bouchées doubles pour la pochette du single. Mon frère a fait la photo où j’étais dans une sorte de chemise en soie fripée dans une baignoire vintage très grand parents. Et ça, ça a attiré l’œil plus que la musque finalement dans un premier temps.

Sur scène, tu dédies une chanson à toutes les daronnes qui te suivent. Le magazine Têtu parle de toi comme un chanteur « Queer ». Tu fédères finalement un public très varié et éclectique. Ca vient de quoi selon toi ?

C’est le but en fait. C’est que n’importe qui puisse trouver écho dans ce que je fais. Je n’ai pas la faculté d’écrire juste pour un microcosme qui se regarde un peu trop. J’aime l’idée de me dire que j’ai écouté des tubes et c’est ce que je veux faire. Après si j’y arrive, on verra bien. Mais l’idée que mes morceaux touchent tout le monde, pour moi c’est la plus grande satisfaction. Ce que j’écris, ma grand-mère peut se l’approprier, mon fils si j’en ai un, un jour aussi. Ce qui fait que dans mon public, vous verrez beaucoup de gays, beaucoup de daronnes et de personnes qui se sont perdues en chemin et ça c’est merveilleux !

Photos de Pierre de Maere au Baudet’Stival

Photos Gallez Laurent et Sonia Chapelle

Infos Festivals

  • Bruxelles > Streat Fest
    Le Streat Fest à Bruxelles Après une première édition couronnée de succès, le « Streat Fest », le temple de la street food, déroulera […]
  • Zik-zak > Rock’s Talent
    Zik-zak Rock’s Talent Découvrez Zik-zak Rock’s Talent le Samedi 18 février 2023 de 14h00 à 23h45. Dans le monde du […]
  • HUMOUR > RIRE A FLO > SEB MELLIA
    1er festival de l’humour à Florange : Rire à Flo’ 19/01/2023 : Seb MELLIA au festival de l’humour Après les […]
  • SPECTACLE > KEV ADAMS > FLORANGE
    KEV ADAMS en spectacle au Festival Rire à Flo’ Kev Adams parrain du 1er festival de l’humour à Florange. La […]
  • HUMOUR > HOURIA LES YEUX VERTS > METZ
    Houria les yeux verts pour cette dernière soirée du festival de l’Humour Le 1er festival de l’humour, organisé par l’association […]
  • Bruxelles > Chouette festival
    Le Chouette festival à Bruxelles L’affiche du Chouette festival de Bruxelles est complète et le collectif sort aussi un second […]

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les infos de votre Région Gratuite Souhaitez-vous recevoir des notifications sur les dernières mises à jour ? Non oui

Pin It on Pinterest

Share This